La France est-elle trop endettée ?

France 2

La dette publique fait-elle peser un risque pour notre avenir ? Le déficit budgétaire pour 2018 est revu à la hausse, il sera de 2,7% du PIB selon le gouvernement. Pour 2019, on s'oriente vers les 3,2%. 

2 299 milliards et 800 millions d'euros : c'est le montant de la dette de l'État et il ne cesse d'augmenter. Chaque année, la France est obligée d'emprunter pour payer ses dépenses, car les caisses sont vides. L'État est à découvert depuis plus de quarante ans. Cette année, l'État a prévu d'emprunter 195 milliards d'euros. Pour renflouer les caisses, la France créée des titres d'État, des sortes d'action qu'elle met en vente en échange d'argent frais. En achetant ces titres, les investisseurs prêtent donc de l'argent à l'État et lui permettent de remplir son compte en banque. Cette opération financière a lieu chaque semaine au ministère de l'Économie dans une salle de marché. 

Le problème des investisseurs étrangers 

À 14h30, deux employés viennent de mettre en vente des titres d'État pour plusieurs milliards d'euros. Anonymement, les banques sélectionnées par l'État font des offres comme lors d'une vente aux enchères. À 14h50, c'est la fin des enchères, la dette de l'État vient de gonfler de plusieurs milliards d'euros. Le taux d'intérêt moyen de cette année est de 0,54%. Mais est-ce indispensable de s'endetter ? En 1974, le budget de l'État est encore à l'équilibre, pour la dernière fois. Depuis, les recettes ne suffisent plus à financer les dépenses. Cette année, il y a 306 milliards d'euros dans les caisses, mais l'État a prévu de dépenser 387 milliards. Résultat, le déficit serait de 2,7%. L'emprunt sert à payer les services publics et le modèle social français. Il finance également l'investissement public, ce qui est bon pour l'économie selon Christophe Rameaux, économiste et chercheur à l'université Panthéon-Sorbonne. Pour d'autres, au contraire, il n'est pas bon de se reposer sur l'emprunt, car c'est trop risqué à long terme. 


La dette ne cesse de grimper, elle atteint aujourd'hui 98,7% du PIB, soit presque 100% de la richesse du pays produite en un an. Pour l'instant, l'État a toujours remboursé ses dettes. Mais le problème c'est que la dette est détenue en majorité par des investisseurs étrangers, attentifs aux choix budgétaires et politiques. Ils pourraient un jour perdre confiance et décider de ne plus financer la France. Ainsi, pour beaucoup, la dette est une question politique. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne