Sécurité : le plan anti-radicalisation du gouvernement

Ce vendredi 23 février, à Lille (Nord), Édouard Philippe a lancé un nouveau plan pour lutter contre la radicalisation islamiste. Ce plan porte en priorité sur les prisons.

Ce vendredi 23 février, à Lille (Nord), Édouard Philippe a présenté 60 mesures pour lutter contre la radicalisation islamiste. "Ce plan balaie à dessein des champs qui sont larges : l'école, l'université, le sport, l'entreprise, les services publics", a déclaré le Premier ministre. 1 500 places supplémentaires de prisons vont être créés pour isoler les détenus radicalisés, dont 450 d'ici la fin de l'année. Le plan acte la création de trois nouveaux centres d'incarcération des détenus radicalisés à Lille, Lyon et Marseille. Cela concernera essentiellement des personnes sous contrôle judiciaire.

Trois plans en moins de quatre ans

Des contrôles renforcés vont avoir lieu dans les établissements scolaires hors contrat. Des cours pour apprendre aux élèves à lutter contre les théories complotistes seront mis en place. Le gouvernement n'a donné aucune précision sur l'enveloppe budgétaire allouée à ce plan, le troisième en moins de quatre ans.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne