Le beau-frère de Chérif Kouachi soupçonné d'avoir voulu rejoindre l'Etat islamique

Le commissariat de Charleville-Mézières (Ardennes), où Mourad Hamyd, le beau-frère de Chérif Kouachi, avait été placé en garde à vue, le 8 janvier 2015.
Le commissariat de Charleville-Mézières (Ardennes), où Mourad Hamyd, le beau-frère de Chérif Kouachi, avait été placé en garde à vue, le 8 janvier 2015. (FRANCOIS LO PRESTI / AFP)

Selon les informations du "JDD", Mourad Hamyd, 20 ans, a été intercepté à la frontière turque, en juillet.

Une information judiciaire est ouverte contre Mourad Hamyd, frère de la femme de Chérif Kouachi, l'un des auteurs de l'attentat contre Charlie Hebdo, en janvier 2015. Le jeune homme de 20 ans, étudiant originaire de Charleville-Mézières (Ardennes), a été "refoulé par les autorités turques" et "placé en centre de rétention en Bulgarie", affirme le Journal du dimanche, dimanche 7 août.

Un "comportement typique pour un combattant étranger"

"Il a été arrêté, identifié, toutes les mesures nécessaires sont prises, nous attendons le déroulement de la procédure judiciaire", a confirmé dans l'après-midi la ministre bulgare de l'Intérieur, Roumiana Batchvarova, selon qui la justice bulgare pourrait statuer dès le 9 août sur son extradition.

"Il avait un comportement typique pour un combattant étranger", a précisé la ministre, sans livrer davantage de détails sur le lieu et les conditions de son interpellation. "Il est aujourd'hui dans un lieu sûr où il ne représente pas un danger pour les autres", a-t-elle assuré.

Mourad Hamyd s'était présenté à la police et avait été placé en garde à vue peu après l'attaque menée par les frères Kouachi. Inconnu des services de police, il avait été remis en liberté rapidement, après la mobilisation de ses camarades de classe. Le jeune homme était en cours, au lycée de Charleville-Mézières, au moment de l'attaque. Dans un entretien à l'AFP, le 10 janvier 2015, il s'était dit "sidéré, complètement dépassé par les événements". "Cet attentat, c'est l'horreur, c'est un crime horrible et je pense aux victimes et à leurs familles", avait-il déclaré.

Fiché S avant l'attentat contre "Charlie Hebdo"

Pourtant, le jeune homme était déjà fiché S (pour sûreté de l'Etat) cinq mois avant l'attentat contre Charlie Hebdo, indique Le Parisien, lundi 8 août.  A l'époque, Mourad Hamyd est repéré en raison des liens qu'il a avec son beau-frère, lui aussi fiché S. Le jeune homme est également connu pour être membre d'un réseau social islamiste suisse. Il y poste des images d'égorgement, des photos à la gloire du groupe Etat islamique. Le jeune homme codirige également une page Facebook de soutien à des détenus condamnés pour terrorisme, page elle-même soupçonnée de masquer une filière de soutien financier et logistique à des départs sur zone.

Après l'attaque contre Charlie Hebdo, l'étudiant a continué de faire l'objet de surveillance, selon Le Parisien. Pourtant, le 25 juillet 2016, sa famille déclare sa disparition. Ses proches redoutent un départ en Syrie ou en Irak. Le parquet de Charleville-Mézières saisit alors la PJ de Reims, "qui constate que le jeune homme fait l'objet d'une fiche S, et diffuse un signalement". Trois jours plus tard, les autorités apprennent que Mourad Hamyd a été arrêté à la frontière turque. Le parquet antiterroriste de Paris a ouvert une information judiciaire "en vue de délivrer un mandat d'arrêt européen à son encontre", explique Le JDD