L'homme parti faire le jihad en Syrie, en emmenant sa fille Assia, mis en examen

Mériam Rhaiem, la mère d\'Assia, fillette enlevée par son père parti faire le jihad en Syrie, donne une conférence de presse le 22 mars 2014 à Lyon. 
Mériam Rhaiem, la mère d'Assia, fillette enlevée par son père parti faire le jihad en Syrie, donne une conférence de presse le 22 mars 2014 à Lyon.  (MAXPPP)

Il avait été expulsé par la Turquie et placé en garde à vue, mardi. L'enfant avait été récupérée début septembre par sa mère. 

Il est soupçonné d'être parti pour le jihad en Syrie en 2013 après avoir enlevé sa fillette Assia, âgée de 18 mois. Le père d'Assia a été mis en examen pour "association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste", samedi 1er novembre, puis placé en détention, indique une source judiciaire. Interpellé fin août, il avait été expulsé mardi par la Turquie et placé en garde à vue. La petite Assia avait elle été récupérée en Turquie début septembre par sa mère, Mériam Rhaiem.

L'homme reste d'ailleurs visé par une seconde procédure, une information judiciaire ouverte à Bourg-en-Bresse, dans l'Ain, où réside Mériam Rhaiem. La mère avait porté plainte pour "soustraction de mineur" et "établissement de faux documents administratifs".

Pas un "dangereux jihadiste", selon son avocate

L'avocate du père, Me Sarah Mauger-Poliak, a affirmé que la petite Assia "n'avait jamais été dans une situation de danger". Elle a contesté que son client soit "un dangereux jihadiste", en expliquant qu'il n'avait "jamais combattu en Syrie". "Son rôle était de répartir la nourriture au sein du groupe armé qu'il avait rejoint", a-t-elle affirmé. "Il avait obtenu en échange qu'on mette à sa disposition un appartement du côté turc de la frontière, pour y mettre sa fille en sécurité."

"Son seul souhait était de rassembler sa famille en Turquie", a-t-elle poursuivi. "Quand il a compris que la mère ne viendrait pas, il a décidé de lui rendre sa fille", a-t-elle ajouté, en affirmant que son client était "soulagé" d'être de retour en France.

Vous êtes à nouveau en ligne