Pour François Hollande, "les jihadistes français qui ont commis des actes condamnables en Irak doivent être jugés en Irak"

François Hollande le 9 décembre 2016.
François Hollande le 9 décembre 2016. (STEPHANE DE SAKUTIN / POOL)

L'ancien chef de l'État, en visite à Mossoul, a réagi lundi sur franceinfo alors que 13 jihadistes français vont être jugés en Irak.

Les 13 jihadistes français remis par les forces démocratiques syriennes à l'Irak seront jugés selon la loi irakienne, a annoncé lundi 25 février le président irakien Barham Saleh en visite à Paris. Une position que défend au micro de franceinfo l’ancien président français François Hollande, en visite ce même jour en Irak, à Mossoul : "Les jihadistes français qui ont commis des actes condamnables sur le terrain de l'Irak doivent être jugés en Irak puisqu'ils ont commis des délits, des crimes en Irak. L'Irak est un pays indépendant, qui a une justice, qui veut juger les terroristes, c'est tout à fait légitime !"

François Hollande estime que "pour les autres, la situation est différente. Ceux qui n'ont pas commis d'acte en Irak, les jihadistes qui sont en Syrie, là nous ne sommes pas en face d'un État organisé, structuré. Là, il faut prendre une analyse au cas par cas et je pense que c'est ce que fera le gouvernement français pour traiter de ces situations."

"La France doit rester"

"Mais dès lors qu'un pays indépendant, souverain, entend juger des personnes en l'occurrence de nationalité française qui ont commis des crimes et des délits sur le territoire irakien, c'est légitime que de laisser cette justice irakienne juger et sans doute condamner ces femmes ou ces hommes, en l'occurrence, ces jihadistes qui ont commis des actes ignobles en Irak", conclut François Hollande.

Par ailleurs, "la France doit rester parce que nous n'en avons pas terminé avec le terrorisme de Daech. Certes, Daech n'occupe plus de territoire sauf réduit encore en Syrie, mais pour autant, les réseaux demeurent, des individus sont encore prêts à commettre des actes en Irak, en Syrie et peut-être aussi en Europe, estime François Hollande, donc il est très important de rester ici en Irak et en Syrie, notamment dans la partie de Syrie où les Kurdes sont en action pour lutter contre le terrorisme. Tant que nous n'avons pas terminé définitivement avec Daech, il est très important que la France maintienne sa présence, c'est d'autant plus important que Donald Trump a annoncé sans doute malencontreusement qu'il y aurait un retrait américain."

Vous êtes à nouveau en ligne