Jean-François Copé s'en prend à "l'isolement diplomatique de la France"

Le président de l\'UMP, Jean-François Copé, lors d\'une conférence de presse au siège de son parti, le 12 décembre 2012, à Paris.
Le président de l'UMP, Jean-François Copé, lors d'une conférence de presse au siège de son parti, le 12 décembre 2012, à Paris. (PRM / SIPA)

Le président de l'UMP dresse un bilan "sévère" des dix premiers mois de présidence de François Hollande en matière d'affaires étrangères.

"L'isolement de la France est patent." Le président de l’UMP, Jean-François Copé, dresse un bilan "sévère" de la diplomatie menée par François Hollande au cours de ses dix premiers mois de présidence, dans un entretien au Figaro lundi 11 mars. "La première année d’un quinquennat imprime une marque sur toute la durée du mandat. Je voyage beaucoup à l’étranger et je suis frappé de voir à quel point François Hollande suscite à la fois inquiétude et incompréhension", assure le député-maire de Meaux.

"Hollande a distendu les relations avec l'Allemagne"

"La politique étrangère n’est pas le temps de l’immédiat. En revanche, des comportements de court terme peuvent briser la confiance. C’est le cas avec l’Allemagne ou avec la Chine. L'isolement de la France est aujourd’hui hélas patent, en Europe et au-delà", poursuit l'ancien ministre.

Même sévérité pour la politique européenne de François Hollande. Jean-François Copé appelle à "une grande opération vérité sur l’Europe. Car l’Europe n’ira pas plus loin sans soutien populaire". Et de déplorer "la façon dont François Hollande a distendu les relations avec l’Allemagne" alors qu'"il n’y a pas d’Europe forte si le couple franco-allemand n’en est pas le moteur".

Vous êtes à nouveau en ligne