Incidents de paiement : 1 Français sur 4 est concerné

FRANCE 2

Vous êtes à découvert, et votre chèque ou votre carte bleue ne passe pas... Les incidents de paiement ont touché 25% des Français l'an passé. Des situations dont certaines banques profiteraient.

Un chèque sans provision, un prélèvement automatique rejeté, et à chaque fois des frais supplémentaires facturés par les banques : ce sont les incidents de paiement. Selon un rapport remis au ministre de l'Économie, le problème est très répandu : 1 Français sur 4 a été concerné au moins une fois l'an dernier, comme ce jeune homme, rencontré dans la rue : "Deux ou trois fois par mois, j'ai des -5, -15 euros." Des frais qui s'accumulent très rapidement, notamment à cause des prélèvements automatiques. Beaucoup de Français en ont jusqu'à 10 par mois, pour payer par exemple l'abonnement téléphonique, le gaz, l'électricité, le loyer ou les impôts.

Un magot de 6,5 milliards d'euros pour les banques

S'il n'y a pas assez d'argent sur le compte en banque, le paiement est rejeté. Mais beaucoup de banques facturent en plus, pour chaque opération refusée, 20 euros de frais. Et ce n'est pas tout, car les prélèvements sont en général retentés quelques jours plus tard, engendrant à chaque fois les mêmes frais, si le compte est toujours vide. Une facture parfois très salée donc, selon les associations de consommateurs : "On a des consommateurs qui paient entre 1 500 et 2 000 euros de frais bancaires tous les ans", atteste Matthieu Robin, de l'UFC-Que Choisir, qui s'interroge sur le niveau de marge réalisé par les banques. Au total, tous ces frais facturés par les banques représentent selon l'association 60 Millions de Consommateurs pas moins de 6,5 milliards d'euros.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne