Importateur de viande halal, le conseiller régional FN démissionne

La partie réservée à la viande halal dans le pavillon boucherie de Rungis, près de Paris, le 21 février 2012. 
La partie réservée à la viande halal dans le pavillon boucherie de Rungis, près de Paris, le 21 février 2012.  (LIONEL BONAVENTURE / AFP)

Paul Lamoitier, gros importateur de viande halal et conseiller régional dans le Nord-Pas-de-Calais, "n'est plus sur la ligne du Front", a réagi le parti de Marine Le Pen.

La polémique sur la viande halal lancée par Marine Le Pen a fait sa première victime collatérale. Le conseiller régional FN du Nord-Pas-de-Calais, Paul Lamoitier, gros importateur de viande halal, a envoyé jeudi sa lettre de démission à Marine Le Pen, révèle vendredi 24 février L'Express.

Pour Paul Lamoitier, qui travaille avec une cinquantaine de bouchers halal de sa région, précise La Voix du Nord, il a fallu choisir : son métier ou son mandat. Il "n'est plus sur la ligne du Front. Il prend des positions en faveur du halal : son départ est souhaité", a indiqué à L'Express Bruno Bilde, pour le FN. Interrogé en novembre 2011 sur "la potentielle contradiction entre la vigoureuse croisade anti-halal menée par son mouvement et sa profession", Paul Lamoitier s'était défendu : "La viande halal n'a rien à voir avec la montée de l'islamisme, il ne faut pas tout mélanger. Les patrons de boucherie halal ne sont pas des islamistes."

Une plainte contre X déposée par le FN

Mardi 22 février, le secrétaire général de l'UMP Jean-François Copé avait estimé que Marine Le Pen devrait "sanctionner durement" son conseiller et regarder "un peu ce qui se passe chez elle avant de donner des leçons aux autres", rappelle l'hebdomadaire. 

Samedi, la candidate FN s'était indignée que "l'ensemble de la viande qui est distribuée en Ile-de-France, à l'insu du consommateur, est exclusivement de la viande halal". Dès jeudi, le FN a annoncé avoir déposé une plainte contre X auprès du tribunal de Nanterre, pour deux motifs : "infraction de tromperie sur les qualités substantielles des marchandises vendues" et "actes de cruauté envers des animaux domestiques".

Vous êtes à nouveau en ligne