Piétionnisation des voies sur berges à Paris : des résultats contrastés, selon Airparif

Des piétons sur les voies sur berges, à Paris, le 10 septembre 2016.
Des piétons sur les voies sur berges, à Paris, le 10 septembre 2016. (MAXPPP)

L'organisme de surveillance de la qualité de l'air en Ile-de-France relève une amélioration globale de la qualité de l'air le long des quais. Mais il note aussi une dégradation dès la fin de la portion piétonnisée.

Respire-t-on mieux à Paris depuis la fermeture à la circulation des quais bas de la rive droite de la Seine ? La piétonnisation de cette partie des quais a entraîné une "amélioration globale" de la qualité de l'air le long des quais dans le centre de la capitale, mais une dégradation ailleurs, indique  Airparif, vendredi 31 mars.

L'organisme de surveillance de la qualité de l'air en Ile-de-France a constaté jusqu'à 25% de polluants en moins à l'automne 2016 par rapport à 2015. En revanche, il constate "une dégradation" de la qualité de l'air "autour des carrefours dans cette zone et à l'est de la zone, dès la fin de la portion piétonnisée".

Une dégradation "sur les itinéraires de report"

Une augmentation de 5 à 10% des niveaux de dioxyde d'azote (NO2) a été constatée "surtout en fin de zone piétonnisée, en direction de l'est parisien", précise Airparif. La qualité de l'air s'est aussi dégradée, mais "dans un moindre mesure (jusqu'à +5%), sur les itinéraires de report, comme le boulevard Saint-Germain, le boulevard périphérique sud et sur les quais hauts, ou au niveau des carrefours dont la congestion s'est accrue".

Cette situation "est accentuée à l'heure de pointe du matin", relève Airparif, précisant qu'"une dégradation plus importante de la qualité de l'air apparaît sur le quai haut, de façon quasi-continue, à partir de l'hôtel de ville et sur davantage d'axes, principalement au nord de la Seine". Les impacts sont moins marqués à l'heure de pointe du soir, plus étalée dans le temps.

"Cette analyse indépendante vient confirmer que la piétonnisation des quais bas de la rive droite entraîne une baisse importante de la pollution de l'air dans le centre de Paris", a réagi la maire de Paris Anne Hidalgo (PS) dans un communiqué. Airparif doit réaliser mi-mai une nouvelle campagne de mesures. Le bilan complet des deux campagnes est prévu pour septembre.