Il y aura en 2012 une diminution des effectifs "de l'ordre de 3.000 policiers et gendarmes", selon Claude Guéant

Le ministre de l\'Interieur, Claude Guéant tient un point presse à Paris, le 11 mars 2011.
Le ministre de l'Interieur, Claude Guéant tient un point presse à Paris, le 11 mars 2011. (AFP - Ludovic)

"La France est face à un impératif absolu, celui de rétablir l'équilibre des comptes publics", a justifié le ministre de l'intérieur dimanche au Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro."Contrairement à ce qui est parfois dit notamment par le Parti socialiste, il y a aujourd'hui plus de gendarmes et de policiers qu'en 2002", a-t-il affirmé.

"La France est face à un impératif absolu, celui de rétablir l'équilibre des comptes publics", a justifié le ministre de l'intérieur dimanche au Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro.

"Contrairement à ce qui est parfois dit notamment par le Parti socialiste, il y a aujourd'hui plus de gendarmes et de policiers qu'en 2002", a-t-il affirmé.Il a expliqué que cette baisse des effectifs s'accompagnait d'une réorganisation, des postes de CRS et gendarmes mobiles étant redéployés pour "la sécurité quotidienne des Français", tandis que des tâches de transfèrement de prisonniers doivent être désormais assumées par l'administration pénitentiaire.

Il a réfuté que la délinquance reparte à la hausse, affirmant qu'elle avait baissé "chaque année" depuis 2002, date de l'arrivée de Nicolas Sarkozy place Beauvau.