Hollande sifflé au 14-Juillet : comment la Manif pour Tous s'est laissée déborder

Interpellation d\'un opposant au mariage homosexuel sur les Champs-Elysées le 14 juillet 2013. 
Interpellation d'un opposant au mariage homosexuel sur les Champs-Elysées le 14 juillet 2013.  (MIGUEL MEDINA / AFP)

Des huées et des sifflets se sont élevés dimanche matin au passage du président. Le mouvement n'avait pourtant appelé à aucune action, "par respect pour l'armée française".

Après le Tour de France, des opposants au mariage homosexuel se sont invités au défilé du 14-Juillet. Des huées et des sifflets se sont élevés dimanche matin au passage de François Hollande. Le mouvement de la Manif pour Tous avait pourtant diffusé dans la semaine un communiqué, précisant qu'il n'appelait à aucune action "par respect pour l'armée française". Francetv info remonte le fil. 

Acte 1 : la Manif pour tous se désolidarise d'actions prévues pour le 14-Juillet

"Des initiatives, dont certaines peuvent laisser entendre qu’elles sont soutenues par La Manif Pour Tous, circulent sur les réseaux sociaux. Par respect pour l’armée française, La Manif Pour Tous précise qu’elle n’organise aucune action lors du défilé militaire à Paris le 14 juillet, en particulier aux abords des Champs Elysées".

Voici le texte du communiqué publié sur le site officiel du mouvement des opposants au mariage homosexuel, dans la semaine précédant le défilé. A l'inverse, la Manif pour Tous continue à inviter ses sympathisants "à participer au Tour de France pour tous".

Acte 2 : des membres du Printemps français se donnent rendez-vous sur Twitter

Faisant fi de la mise en garde de la Manif pour tous, les plus résolus des opposants se donnent rendez-vous sur Twitter. Le 12 juillet, le Printemps français (@nelachonsrien), une nébuleuse d'opposants, appelle à porter le sweat du mouvement de la Manif pour tous pendant le défilé du 14-Juillet.   

Le lendemain, le même mouvement, adepte des actions spectaculaires, diffuse une photographie montrant un lâcher de poules devant le domicile parisien de François Hollande. Objectif : demander au président de clarifier le statut de sa compagne Valérie Trierweiler. 

 

Dimanche 14 juillet, à 8 heures, ses membres appellent à huer le président lors de son passage sur les Champs-Elysées, avant le défilé.  

Acte 3 : Sifflets, lâcher de ballons et drapeaux au passage de François Hollande

Avant le défilé, entre 9 et 10 h, au niveau du Grand Palais, une quinzaine de manifestants arborant des drapeaux ou des bracelets roses de la Manif pour tous sont interpellés pour des contrôles d'identité. "Quoi, on n'a pas le droit de ne pas être d'accord ? On n'est pas obligé d'applaudir", rétorque à des personnes favorables au mariage homosexuel une opposante à la loi Taubira.

Suivant l'appel du Printemps français, plusieurs personnes portant les sweat-shirts de la Manif pour tous ont fait le déplacement. Selon plusieurs témoins, six personnes placées derrière une barrière déploient une banderole sur laquelle sont dessinés un homme, une femme et des enfants se tenant la main, imitant le logo de la Manif pour Tous. Sur Twitter, le compte @nelachonsrien publie la photo du lâcher dans le ciel d'une banderole "Printemps français", portée par des ballons noirs, en signe de "résistance".  

Malgré les quelques sifflets et huées émis à son passage, François Hollande n'a pas manifesté de réaction et a descendu comme prévu la célèbre avenue debout dans un véhicule de commandement, escorté par les cavaliers de la garde républicaine. Au niveau du Grand Palais et de l'avenue Franklin-Roosevelt, un homme a par ailleurs suivi à leur demande les policiers, sans opposer de résistance, selon un journaliste de l'AFP. 

Le président a de nouveau essuyé quelques sifflets à Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais), selon un journaliste présent sur place. Là encore, il s'agissait d'opposants au mariage des homosexuels, venus perturber un bain de foule.

 Acte 4 : Pierre Lellouche se félicite, Christiane Taubira dénonce ces actes d'"incivisme"

Le député UMP Pierre Lellouche s'est félicité sur Twitter des huées et des sifflets au passage de François Hollande.  

Les porte-parole du Partis socialiste, Laurence Rossignol, David Assouline et Eduardo Rihan Cypel, sont aussitôt montés au créneau sur le réseau social, dénonçant un manque de respect de la part de l'élu de droite. 

Invitée sur BFMTV, la ministre de la Justice, qui a porté le texte de loi sur le mariage pour tous, se dit quant à elle "extrêmement surprise de cet espèce d'incivisme". La loi, "elle est là, elle est votée, elle est appliquée déjà. C'est un incivisme qui se complaît sur lui-même, qui se vautre dans la satisfaction de sa propre contemplation, qui s'enlise dans une protestation dont peut-être lui seul connaît l'issue", juge Christiane Taubira.

Et d'ajouter : "Manifestement tout le monde n'accepte pas les valeurs de la République, manifestement tout le monde n'accepte pas la discipline d'un Etat de droit" mais "l'Etat de droit est plus fort".