Hollande adresse une "sévère mise au point" à son équipe de campagne

François Hollande, le 17 janvier 2012, à Metz (Moselle).
François Hollande, le 17 janvier 2012, à Metz (Moselle). (JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP)

La cacophonie née de la controverse entre plusieurs membres de son équipe de campagne ont obligé le candidat PS à élever la voix lors d'une réunion de son conseil politique. 

Lors d'une réunion de son conseil politique, François Hollande a adressé une "sévère mise au point" à son équipe de campagne. Le candidat socialiste à la présidentielle a réagi à la cacophonie provoquée par les critiques venues de l'aile gauche du PS sur sa mesure phare relative aux 60 000 postes dans l'éducation.

"Il faut savoir si on veut gagner [...] Si on ne gagne pas, on ne le devra qu'à nous-mêmes, vous n'êtes pas obligés de vous commenter les uns et les autres et de m'obliger à corriger les uns et les autres" a déclaré François Hollande, selon des participants à la réunion.

Benoit Hamon, absent de la réunion

Quelques heures plus tôt, le candidat PS s'est fendu d'une mise au point, publiée par Le Monde.fr, confirmant que les 60 000 emplois supplémentaires dans l'éducation seront le résultat d'un redéploiement des effectifs au sein de la fonction publique, plutôt que de nouvelles embauches.

La veille, Benoît Hamon, porte-parole du parti, Henri Emmanuelli et Marie-Noëlle Lienemann, s'étaient indignés dans un communiqué commun que cette mesure se réalise par "redéploiement" et non par des créations nettes de postes.

Benoit Hamon n'assistait pas à la réunion du conseil politique. "Le sentiment général, c'est que [ce communiqué] était très déplacé de la part du porte-parole", selon un participant à cette réunion, qui a ajouté que "tout le monde était mal à l'aise".