AVANT/APRES. Les tentes ont disparu de la "jungle" de Calais

La \"jungle\" de Calais, avant et après son démantèlement, le 16 août et le 1er novembre 2016.
La "jungle" de Calais, avant et après son démantèlement, le 16 août et le 1er novembre 2016. (AFP)

Le campement de la lande a été démantelé au terme d'une semaine d'opérations d'évacuation et de nettoyage.

Cette fois, c'est bien fini. Un an et demi après la naissance du camp, le démantèlement de la "jungle" de Calais s'est achevé, lundi 31 octobre. Peu après 17h15, les pelleteuses ont détruit les derniers abris du bidonville, une semaine jour pour jour après le début de l'opération au cours de laquelle 6 000 migrants environ ont été évacués.

Durant l'après-midi, les engins ont procédé à la destruction méthodique de dizaines de caravanes, à un rythme effréné. Il restera encore des débris à évacuer ces prochains jours pour nettoyer complètement le terrain, a précisé la préfecture.

Seules subsistaient quelques dizaines de caravanes vides, qui doivent être enlevées mardi, tout près des conteneurs du centre d'accueil provisoire hébergeant les mineurs.

La lande "est évacuée. Elle sera sécurisée. Plus personne ne pourra la rejoindre", a déclaré François Hollande, dans un entretien à La Voix du Nord. Depuis lundi dernier, "il n'y a d'ailleurs pas eu d'intrusion sur la rocade", fait valoir le président. De nombreux migrants n'ont pourtant pas abandonné l'idée de retourner à Calais, et certains ont déjà fugué des centres où ils devaient être hébergés.

Vous êtes à nouveau en ligne