"M. le président, faites cesser ces violences envers les migrants" : des personnalités signent une lettre ouverte à Macron

Des migrants mineurs à Calais (Pas-de-Calais), le 2 novembre 2016.
Des migrants mineurs à Calais (Pas-de-Calais), le 2 novembre 2016. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

Le texte a été publié, vendredi, sur le site du Bondy Blog. Parmi les signataires, l'acteur Omar Sy, la chanteuse Christine and the Queens et le réalisateur Laurent Cantet. 

C'est un texte sans concession. Une trentaine de lignes pour décrire des "conditions" qui "font honte". Plusieurs personnalités ont signé, vendredi 16 juin, une lettre ouverte à Emmanuel Macron pour lui demander la fin des violences contre les migrants à Calais. Le courrier, publié sur le Bondy Blog, a notamment été signé par l'acteur Omar Sy, la chanteuse Christine and the Queens et les réalisateurs Laurent Cantet et Céline Sciamma. Figurent également Yannick Jadot (Europe Ecologie-Les Verts) et Jean-Luc Mélenchon (La France insoumise), ainsi que des associations humanitaires, dont Médecins du Monde. 

Le texte fait écho aux conclusions du Défenseur des droits Jacques Toubon. Ce dernier s'est ému, mercredi 14 juin, des "atteintes aux droits fondamentaux" des migrants à Calais "d'une exceptionnelle et inédite gravité". Il dénonçait "des conditions de vie inhumaines" et une "sorte de traque". Les signataires s"interrogent alors : "est-ce faire honneur aux policiers que de les assigner à des tâches si inhumaines ?", "est-ce donc cela, selon vous, une police qui protège et qui sert ?" 

Il s’agit seulement, au lieu de mener une politique inutile, et inutilement violente, de respecter les droits humains.Les signataires à Emmanuel MacronLettre ouverte

Depuis le démantèlement de la "jungle" en octobre 2016, les associations tentent d'apporter aux migrants encore sur place "ce qu'il y a de plus élémentaire : de l'eau et de la nourriture", peut-on lire dans la lettre ouverte. Cette lettre se conclut par un voeu. Celui de "ne plus voir, sur notre territoire, d’individus, quels qu’ils soient et d’où qu’ils viennent, victimes de violences et de traitements inhumains et dégradants exercés par l’État. Cela commence par mettre fin à ce qui se passe à Calais. C’est une question d’humanité (...). M. le Président, faites cesser ces violences envers les migrants !"