Le préfet du Pas-de-Calais menace de poursuivre en justice une bénévole pro-migrants qui accuse des CRS

Des migrants à Calais (Pas-de-Calais), le 6 mars 2018.
Des migrants à Calais (Pas-de-Calais), le 6 mars 2018. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

Le 26 avril, Mathilde Robert a dénoncé certaines pratiques des CRS, comme le fait de jeter des affaires des réfugiés dans une mare. Le préfet conteste la véracité des faits.

Des CRS qui "déversent des seaux d'eau" dans les tentes des migrants et "jettent" leurs affaires dans une "mare attenante". C'est ce qu'a dénoncé dans un tweet, le 26 avril, Mathilde Robert, étudiante avocate diplômée à l'automne 2017 et depuis bénévole au sein de L'Auberge des migrants, une association qui apporte aide matérielle et alimentaire aux réfugiés dans la région de Calais (Pas-de-Calais).

Sur le moment, la préfecture du Pas-de-Calais n'a pas réagi. Mais un mois plus tard, mercredi 30 mai, elle a adressé une lettre à la jeune femme, diffusée sur Twitter. "J'ai demandé au directeur départemental de la sécurité publique du Pas-de-Calais de réaliser une enquête interne", écrit le préfet. "Il ressort de cette enquête que les services de police n'ont mené aucune opération selon les modalités que vous décrivez", poursuit Fabien Sudry dans ce courrier.

"Soucieux de rétablir la vérité, je vous demande de porter à ma connaissance et à celle du procureur de la République les éléments de preuve à l'appui de vos déclarations", indique le préfet. Il estime que ces "écrits" présentent "un caractère diffamatoire à l'encontre des forces de l'ordre" et se "réserve la possibilité" de lancer des poursuites.

"Les gens sur place m'ont raconté"

Contactée par franceinfo, samedi 2 juin, Mathilde Robert se dit "choquée". A sa connaissance, c'est la première fois que le préfet menace de poursuivre un militant pour un tweet. Elle n'a pas assisté aux agissements qu'elle impute aux CRS le 25 avril aux alentours de 19 heures, mais elle s'est rendue sur le campement en question plus tard dans la soirée, dans le cadre d'une maraude nocturne quotidienne. "Les gens sur place m'ont raconté ce qui s'est passé", assure-t-elle.

Une salariée de L'Auberge des migrants a consigné l'incident dans un rapport, après avoir recueilli les témoignages de deux migrants. Quatre CRS "ont entrepris de briser les armatures de la tente avec leurs mains ainsi qu'en donnant des coups de pieds dans celles-ci. Les fonctionnaires de police ont ensuite (...) ramassé un jerrycan d'eau potable de 15 litres (...) et ont jeté le contenu du jerrycan à l’intérieur de la tente, sur les duvets et couvertures, ainsi que sur les personnes installées à l'intérieur", affirme ce document, que franceinfo a consulté.

Toujours selon ce récit, contesté donc par la préfecture, les agents auraient répété la même opération sur une autre tente, puis jeté des chaussures et une tente dans une des mares de la zone.

Des photos à l'appui

Arrivée sur place une heure plus tard, une volontaire d'Utopia 56, autre association d'aide aux migrants, a pris des photos. Mathilde Robert a diffusé ces clichés sur son compte Twitter samedi. Elle a également rédigé une saisine au Défenseur des droits sur ces faits.

De son côté, la préfecture, contactée par franceinfo samedi, ne sait pas encore si elle va déposer plainte : "On s'en tient à ce courrier pour l'instant."