"Jungle" de Calais : le centre d'aide juridique aux migrants incendié

Le camp de migrants de Calais (Pas-de-Calais), le 16 mars 2016.
Le camp de migrants de Calais (Pas-de-Calais), le 16 mars 2016. (PASCAL ROSSIGNOL / REUTERS)

Pour le bâtonnier de Lille, l'incendie est d'origine criminelle.

Dans la "jungle" de Calais, une permanence juridique tenue par des bénévoles offrait une aide juridique aux migrants, pour les informer sur leurs droits. Mais ce centre a été détruit par un incendie, jeudi 17 mars. Pour le bâtonnier de Lille, il s'agit d'un acte "criminel".

Un centre créé en janvier

La préfecture du Pas-de-Calais a confirmé que la permanence juridique avait été détruite par un incendie, mais précise que son origine est "indéterminée".

Le bâtonnier de Lille est plus catégorique : "On a un témoin qui a vu un monsieur s'approcher, jeter quelque chose et partir en courant". "C'est la privation de l'accès au droit minimum des gens qui ont fui les guerres et les dictatures. Cet acte doit être dénoncé et poursuivi", estime-t-il.

Ce centre juridique, créé début janvier, est situé dans la partie sud de la "jungle", mais fait partie des bâtiments épargnés lors du démantèlement partiel du camp.