"J'ai fait ça par amour" : une ex-candidate du FN jugée pour avoir aidé un migrant à rejoindre le Royaume-Uni

Béatrice Huret pose chez elle, le 7 juin 2017, à Wierre-Effroy (Pas-de-Calais).
Béatrice Huret pose chez elle, le 7 juin 2017, à Wierre-Effroy (Pas-de-Calais). (DENIS CHARLET / AFP)

Béatrice Huret est jugée, mardi 27 juin, au tribunal correctionnel de Boulogne-sur-Mer, pour des faits commis un an plus tôt près de la "jungle" de Calais.

Les images ont fait le tour du monde. Le 2 mars 2016, quelques migrants iraniens de la "jungle" de Calais (Pas-de-Calais) sortent d'une tente et s'exhibent avec leurs lèvres cousues de fil noir. Ils ont choisi de s'imposer ces mutilations spectaculaires pour dénoncer le démantèlement de la partie sud du camp. Alors que les pelleteuses sont déjà à l'action, le groupe se lance dans une brève manifestation dans la boue. Le regard des journalistes et des militants présents se braque sur ces bouches cousues.

Bouleversée, Béatrice Huret s'en détache vite. Un autre détail retient l'attention de cette bénévole de 44 ans : les yeux d'un des Iraniens, Mokhtar*. "Ce qui m'a aimantée, c'est son regard, la douceur de son regard, raconte cette formatrice dans le secteur de l'aide à la personne. Je suis juste 'tombée' dans son regard. Nos yeux se sont croisés tout de suite."

La bénévole, veuve depuis 2010, ressent "un coup de foudre". L'homme vient vers elle pour lui proposer une tasse de thé. Entre ses lèvres, meurtries à vif avec des aiguilles chauffées au briquet, il glisse quelques mots en anglais, qu'elle ne comprend pas. Rien qu'à l'observer, elle apprécie sa "douceur", "son calme", "sa démarche de chat". Et puis il y a "son regard", qu'elle n'a pas fini de contempler.

Soupes, compotes et bouches cousues

Quinze mois plus tard, Béatrice Huret est convoquée, mardi 27 juin, devant le tribunal correctionnel de Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais). Avec trois autres personnes, elle encourt jusqu'à dix ans de prison pour "aide à la circulation et au séjour irrégulier d'un étranger en France en bande organisée". Elle va notamment devoir expliquer aux juges comment elle a aidé Mokhtar à rejoindre le Royaume-Uni, en juin 2016.

>> Suivez en direct le procès de Béatrice Huret, à partir de 8h30

L'histoire que la quadragénaire va dérouler à l'audience, elle l'a déjà racontée, longuement, dans un livre rédigé avec l'écrivaine Catherine Siguret, Calais mon amour (éd. Kero). La bénévole y décrit sa rencontre avec cet Iranien de 35 ans, professeur de grammaire persane, arrivé en France à l'automne 2015. Pendant des jours, elle va lui apporter, ainsi qu'à ses camarades, de quoi se nourrir. De la soupe, des compotes, des jus de fruits, tout ce qu'il est possible de boire à la paille entre deux sutures. Le mouvement dure moins d'un mois. Mokhtar ne s'attarde pas et file en Espagne pour tenter une traversée en ferry vers l'Angleterre depuis Bilbao.

Un migrant iranien pose avec la bouche cousue, le 2 mars 2016, dans la \"jungle\" de Calais (Pas-de-Calais).
Un migrant iranien pose avec la bouche cousue, le 2 mars 2016, dans la "jungle" de Calais (Pas-de-Calais). (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

Deux mois plus tard, un bénévole demande à Béatrice Huret d'héberger deux migrants iraniens pendant quelques jours. Elle accepte, puis découvre que l'un d'eux n'est autre que Mokhtar, de retour sur le littoral des Hauts-de-France après l'échec de son pari espagnol. Elle les accueille dans sa maison de Wierre-Effroy, un peu à l'écart du village, presque dans les bois. Elle leur laisse sa chambre et dort au sous-sol. Charge à eux d'apprendre à cohabiter avec sa mère de 76 ans et son fils de 19 ans.

La drague sur Google Translate

"Notre histoire d'amour a commencé là", raconte la formatrice. Le deuxième soir, après des efforts de drague déployés avec l'outil de traduction de Google, Mokhtar lui demande de fermer les yeux. Il l'embrasse. "Ce baiser a été électrique", se souvient-elle, avec "l'impression d'avoir quatorze ans". Grâce aux lèvres tremblantes de son invité, elle retrouve "le goût de l'amour oublié", dit-elle.

Les jours passent, le séjour se prolonge mais les sentiments ne font pas oublier au migrant son but final : le Royaume-Uni. Le trentenaire tente de monter à bord d'un camion, en vain. Il songe alors à une traversée en bateau, par ses propres moyens, sans passer par les onéreux réseaux de passeurs. Une solution risquée, mais dix fois moins chère que les filières classiques. C'est décidé, il va tenter le coup, avec deux compagnons d'infortune.

Béatrice Huret comprend qu'elle ne pourra pas le retenir. Elle tente bien de le dissuader, notamment en le collant devant des vidéos montrant la densité du trafic des pétroliers et des porte-conteneurs sur la Manche. Mais Mokhtar, qui a survécu à la périlleuse traversée de la Méditerranée, ne se laisse pas impressionner.

"Pour moi, je l'avais amené au bord de sa tombe"

La Nordiste se résout alors à encadrer le voyage. "Traverser la Manche en Zodiac, c’est aussi dangereux que faire de la trottinette sur l’autoroute, alors j’ai été très vigilante sur la qualité du matériel", dit-elle au Monde. Elle refuse un Zodiac raccommodé et achète, avec l'argent des trois migrants, un petit bateau avec cabine à 1 000 euros, repéré sur Leboncoin.fr. Lors de la transaction, elle laisse l'ancre à l'ancien propriétaire. Un accessoire inutile pour le périple secret désormais imminent.

Le départ a lieu le 11 juin, à 4 heures, sur la plage de Dannes, au nord du Touquet-Paris-Plage. C'est maintenant ou jamais, avant que les conditions météo ne se détériorent. Les trois Iraniens montent à bord avec des cannes à pêche. Il faut qu'ils aient l'air de plaisanciers matinaux venus profiter de la marée haute.

Mokhtar avait même appris en français la phrase qui devait assurer son salut si la police française approchait : 'Fais pas chier, je pêche !'Béatrice Huretdans "Calais mon amour"

Les adieux et les étreintes sont rapides, pour ne pas attirer l'attention d'une paire de pêcheurs affairée non loin de là. Après la mise à l'eau, Béatrice Huret et un bénévole qui l'accompagne quittent le sable et prennent le chemin du retour. "J'ai chialé, chialé comme jamais auparavant, raconte la Boulonnaise. Pour moi, Mokhtar, je l’avais amené au bord de sa tombe. Pire, je l’avais creusée en l’aidant à choisir son bateau. Son cercueil." 

Béatrice Huret, à l\'automne 2016.
Béatrice Huret, à l'automne 2016. (DOROTHEE SMITH / EDITIONS KERO / FRANCEINFO)

Quand elle arrive chez elle, sa mère et son fils sont encore au lit. La femme aux longs cheveux noirs passe la journée à surveiller les informations sur internet. Dans la matinée, pendant qu'elle grille cigarette sur cigarette, l'embarcation commence à chavirer. A bord, le plus jeune migrant, pétrifié, vomit. Le deuxième se met à fumer en attendant la mort. Seul Mokhtar s'active pour écoper l'eau et alerter les services de secours anglais.

Ce n'est qu'en fin d'après-midi, à l'heure du thé outre-Manche, que Béatrice Huret découvre sur un site britannique que les gardes-côtes ont secouru trois migrants iraniens. Ils sont saufs et ont atteint leur but. Elle exulte. Quelques jours plus tard, elle prend le ferry pour retrouver son compagnon, le temps d'un week-end.

Une jeunesse au Front national

On n'a qu'une vie, mais Béatrice Huret semble déjà en avoir vécu deux. Avant de devenir l'amoureuse d'un Iranien et la complice de migrants, elle a été la femme d'un capitaine de la police aux frontières et une adhérente du Front national. "A 20 ans, en épousant mon mari, j'ai aussi épousé ses idées, jusqu'à figurer sur la liste FN des municipales de 2008 à Boulogne-sur-Mer", relate-t-elle dans son livre. "Le FN voulait des chômeurs sur sa liste, et j'étais chômeuse à ce moment-là", précise-t-elle à Nord Littoral. Elle se retrouve à distribuer des tracts et des savonnettes aux couleurs du parti, dont le slogan est alors "Mains propres et tête haute".

Elle travaille alors de nuit en tant qu'aide-soignante dans une maison de retraite. Le jour, elle élève son fils, s'occupe de la maison et dort un peu. Les sorties sont rares, du fait de la "jalousie maladive" de son époux, de 17 ans son aîné, rencontré en discothèque. Elle se contente d'"une vie basique", rendue de plus en plus difficile par le penchant de son mari pour la bouteille – à tel point qu'elle en vient à surnommer sa maison "Licence IV".

Ce n'est qu'à la mort de son mari, victime d'un cancer en 2010, que débute sa renaissance. Jusque-là "pas vraiment raciste" mais "franchement inquiète" des arrivées de migrants en France, elle entame sa mue. Le tournant s'opère définitivement en février 2015, lorsqu'elle prend en stop un jeune Soudanais à Calais. Elle découvre la "jungle". "Cela a été un choc de voir tous ces gens patauger dans la gadoue", se souvient-elle. De là sont nés son engagement militant et ses futurs déboires judiciaires.

"Aucun regret"

Ironie de l'histoire : lorsque Béatrice Huret est interpellée sur son lieu de travail, le 18 août 2016, deux mois après la traversée des Iraniens, les policiers la conduisent en garde à vue au commissariat de Coquelles, où avait travaillé son défunt mari. Les enquêteurs la soupçonnent d'être liée à des passeurs professionnels et d'avoir agi pour l'argent. "Je l'ai fait par amour", rétorque-t-elle, niant tout enrichissement personnel. Il lui est aussi reproché d'avoir un jour conduit deux migrants jusque dans un bois, où les deux hommes espéraient trouver des passeurs. Elle est libérée mais placée sous contrôle judiciaire, avec obligation de pointer chaque semaine à la gendarmerie.

Béatrice Huret observe une photo de Mokhtar sur son ordinateur, chez elle, à l\'automne 2016.
Béatrice Huret observe une photo de Mokhtar sur son ordinateur, chez elle, à l'automne 2016. (DOROTHEE SMITH / EDITIONS KERO / FRANCEINFO)

Lundi, à la veille du procès, son avocate, Marie-Hélène Calonne, ne se montrait "pas plus inquiète que ça". "Il est assez évident qu'elle ne va pas aller en détention", estimait-elle. La bénévole affirme avoir "fait une connerie" mais dit n'avoir "aucun regret". Elle n'aspire désormais qu'à retrouver, comme tous les quinze jours, en Angleterre, son cher Mokhtar, qui a depuis obtenu le statut de réfugié.

Quinze mois après l'opération "bouches cousues", l'Iranien garde une cicatrice au-dessus de la lèvre supérieure et le souvenir inoubliable du goût du jus qu'apportait la bénévole. Leur histoire d'amour, selon la Française, ne cesse de grandir.

Les gens disent que la distance engourdit les sentiments. Non, c'est plus fort à chaque fois. Quant au reste, on n'en parle pas. On vit au jour le jour.Béatrice Huret

* Le nom de famille de Mokhtar n'a pas été rendu public, à sa demande, pour des raisons de sécurité.

Vous êtes à nouveau en ligne