DIRECT. Calais : de légers heurts ont opposé les migrants et les forces de l'ordre aux abords de la "jungle"

Un contener à ordures prend feu dans la \"jungle\" de Calais (Pas-de-Calais), dimanche 23 octobre, à la suite de légers heurts entre des migrants et les forces de l\'ordre.
Un contener à ordures prend feu dans la "jungle" de Calais (Pas-de-Calais), dimanche 23 octobre, à la suite de légers heurts entre des migrants et les forces de l'ordre. (DENIS CHARLET / AFP)

Les services de l'État ont commencé dimanche après-midi à informer les migrants de l'imminence du démantèlement du bidonville, qui doit débuter lundi matin.

Le compte à rebours a commencé. Lundi 24 octobre à 8 heures, plusieurs milliers de migrants seront évacués de la "jungle" de Calais (Pas-de-Calais), afin de rejoindre des centres d'accueil et d'orientation (CAO), répartis dans toute la France. Dès dimanche, ils ont reçu plusieurs documents et des bandes dessinées détaillant leur parcours une fois arrivés en CAO.

Légers heurts aux abords du site. Les policiers ont tiré des grenades lacrymogènes près de la rocade portuaire et à l'intérieur du campement, dimanche en fin de journée. Plusieurs dizaines de migrants leur ont jeté quelques pierres. L'une de ces grenades est tombée dans un conteneurs à ordures, qui a pris feu.

Début de la campagne d'information des migrants. Dimanche après-midi, des représentants de plusieurs services de l'Etat se sont rendus dans le centre d'accueil provisoire (CAP) de la "jungle" pour informer les migrants des conditions du démantèlement.

Entre 6 400 et 8 100 habitants évacués. Les migrants devront se rendre dès 8 heures, lundi, devant un hangar spécial situé à 300 mètres du campement. À l'extérieur seront organisées quatre files d'attente bien identifiées : pour les majeurs, pour les mineurs sans famille, pour les familles et pour les personnes vulnérables (malades, femmes enceintes...).

16h22 : Le ministre-président de la Wallonie, qui bloque l'adoption du traité de libre-échange, s'est fendu d'un tweet pour dénoncer les pressions dont il est l'objet.

16h18 : Les Verts doublent la mise grâce à Jordan Veretout, qui profite d'une sortie kamikaze du gardien normand Rémi Vercoutre pour catapulter le ballon au fond des filets. pour Saint-Etienne à Caen, 60e.

16h17 : Bonjour à tous ! Nous sommes ensemble jusqu'à 23 heures pour ne rien manquer de l'actualité de ce dimanche après-midi pluvieux. Comme d'habitude, vos commentaires, vos bons liens et vos questions sont les bienvenus.

16h11 : Je laisse ce live à mon collègue Pierre Godon ! Bonne soirée à tous !

16h07 : Ouverture du score pour Saint-Etienne ! Henri Saivet reprend victorieusement un ballon contré par la défense caennaise. 0-1, 49e minute.

15h58 : Nous vous parlions un peu plus tôt des maraudes organisées par les autorités à Calais pour informer les migrants des modalités du démantèlement de la "jungle". Notre journaliste Axel Roux, qui se trouve sur les lieux, nous donne des précisions.

15h54 : A Paris, le contrôle du stationnement va être confié à des prestataires privés. Objectif : permettre un meilleur recouvrement des frais de stationnement. Car aujourd'hui, neuf automobilistes sur dix oublient le détour par l'horodateur une fois qu'ils se sont garés. Les explications de France 2.




15h48 : C'est la pause au stade Michel-d'Ornano et pour l'instant Caen et Saint-Etienne se neutralisent (0-0). Pas de but en première période ? Un grand classique des Verts...

15h42 : "Si on veut que les Syriens réfugiés puissent un jour revenir dans leur pays, alors il faut tout faire pour arrêter ce massacre et reprendre le processus de négociations pour arriver à un accord politique."

Le chef de la diplomatie française effectue une visite à Gaziantep, en Turquie, où il s'est exprimé à propos des combats à Alep, en Syrie. "On ne peut pas arriver à une négociation sous les bombes", a souligné le ministre, "aujourd'hui, l'urgence reste toujours et encore l'arrêt des bombardements et l'accès de l'aide humanitaire".

15h38 : Des éclats de voix et des empoignades. La venue d'opposants au barrage de Sivens (Tarn) sur le site de l'ancienne Zad pour se recueillir, près de deux ans après la mort du jeune militant écologiste Rémi Fraisse, a provoqué des tensions avec une trentaine d'agriculteurs défendant le projet, qui voulaient leur bloquer l'accès. Une dizaine de gendarmes sont intervenus pour séparer les deux camps.

15h37 : Certains politiques se pressent dans l'émission de M6 "Une ambition intime". D'autres, en revanche, ne se confieront pas sur le canapé de Karine Le Marchand. De Benoît Hamon à Nathalie Kosciusko-Morizet, notre article revient sur ces candidats à la présidentielle que vous ne verrez pas dans cette émission.





(AFP)

15h37 : A un mois de la primaire à droite, Bruno Le Maire a attaqué frontalement ses concurrents, dans "Questions politiques", aujourd'hui. "Quand vous prenez Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Fillon, mais à eux trois ils ont quasiment un siècle de mandats cumulés avec eux. Ils ont occupé tous les postes gouvernementaux, ministre de la Défense, ministre des Affaires étrangères, Premier ministre, président de la République", a-t-il affirmé.



(FRANCE INTER / YOU TUBE)

15h14 : Cette décision des socialistes espagnols va consister à s'abstenir lorsque Mariano Rajoy prêtera serment devant le Parlement, ce qui pourrait intervenir la semaine prochaine. Ainsi son investiture ne sera pas rejetée et il pourra former un gouvernement minoritaire.

15h06 : #ESPAGNE Les socialistes espagnols décident de laisser Mariano Rajoy gouverner, ouvrant la voie à la fin d'une paralysie politique longue de dix mois.

15h38 : Le coup d'envoi de Caen-Saint-Etienne va être donné dans un instant. Les Normands, actuels 17e de Ligue 1, vont tenter de glaner trois points qui leur permettraient de prendre un peu d'air au classement.

Vous êtes à nouveau en ligne