Calais : David Cameron attaqué pour avoir évoqué une "nuée" de migrants

Le Premier ministre britannique, David Cameron, à Hanoï (Vietnam), le 29 juillet 2015.
Le Premier ministre britannique, David Cameron, à Hanoï (Vietnam), le 29 juillet 2015. (MAXPPP)

"Il devrait se rappeler qu'il parle d'êtres humains et non d'insectes", a réagi le leader de l'opposition travailliste.

David Cameron s'attire les foudres de l'opposition britannique. Interviewé par la télévision ITV en marge d'une visite officielle au Vietnam, jeudi 30 juillet, le Premier ministre britannique a déclaré que la situation à Calais était "très difficile parce qu'une nuée de migrants traverse la Méditerranée à la recherche d'une existence meilleure, et cherche à venir au Royaume-Uni parce qu'il y a du travail, que son économie est en pleine croissance et que c'est un endroit incroyable pour vivre".

Une déclaration qui a aussitôt mis le feu aux poudres. "Il devrait se rappeler qu'il parle d'êtres humains et non d'insectes", a réagi Harriet Harman, leader par intérim de l'opposition travailliste. Candidat à la tête du Labour, Andy Burnham a lui dénoncé un langage "scandaleux". Même Nigel Farage, le leader du parti anti-immigration Ukip, a assuré qu'il n'utiliserait "pas un tel langage", accusant David Cameron de vouloir "jouer au dur".

"Un débat excessif"

Peter Sutherland, représentant spécial du secrétaire général des Nations unies pour les migrations, a regretté sur la BBC un "débat excessif sur la question de Calais" au Royaume-Uni. "Entre 5 000 et 10 000 personnes vivent dans des conditions terribles à Calais. Au lieu de penser à envoyer des soldats ou de construire des clôtures, nous devrions d'abord nous occuper de cette crise humanitaire", a-t-il ajouté.

David Cameron va présider ce vendredi une réunion d'urgence du comité Cobra, constitué de ministres et de responsables de la sécurité, tandis que le gouvernement britannique a promis d'allouer quelque 7 millions de livres (10 millions d'euros) pour améliorer le système de clôtures au terminal de Coquelles (Pas-de-Calais).

Vous êtes à nouveau en ligne