VIDEO. Marine Le Pen comprend la colère des chauffeurs de taxi

FRANCE 2

La présidente du Front national ne soutient pas les actions violentes, mais estime que la concurrence des VTC est déloyale.

Dans la guerre qui oppose les chauffeurs de taxi au service de VTC Uber, Marine Le Pen a choisi son camp. Jeudi 25 juin, sur le plateau des "4 Vérités" sur France 2, la présidente du Front national a assimilé Uber à une "concurrence déloyale et illégale" et assuré qu'elle comprenait la colère des taxis.

Les actions violentes sont "inadmissibles"

"N'importe quels professionnels, dans n'importe quel secteur, qui subiraient ce que subissent les chauffeurs de taxis, seraient eux aussi probablement amenés à ces extrémités", estime Marine Le Pen, qui juge en revanche "inadmissibles (...) les actions violentes de certains chauffeurs".

Jeudi matin, les chauffeurs de taxi en colère manifestaient notamment sur le périphérique parisien, dont une partie a été brièvement fermée dans l'ouest de Paris. Ils ont aussi bloqué l'accès à trois terminaux de l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle.

Vous êtes à nouveau en ligne