Grève des taxis : le point sur les perturbations en cours

Une pancarte \"Je suis taxi\" est apposée sur un taxi parisien, mobilisé contre UberPop, le 25 juin 2015, à l\'aéroport de Paris-Orly. 
Une pancarte "Je suis taxi" est apposée sur un taxi parisien, mobilisé contre UberPop, le 25 juin 2015, à l'aéroport de Paris-Orly.  (THOMAS SAMSON / AFP)

Des milliers de taxis sont mobilisés jeudi pour dénoncer la "concurrence déloyale" d'UberPop. 

Ils veulent "occuper l'espace" et montrer leur "ras-le-bol". Des milliers de taxis en colère ont convergé, jeudi 25 juin, tôt dans la matinée, à Paris et plusieurs grandes villes, pour dénoncer la "concurrence sauvage" de l'application mobile UberPop et ce, dans un contexte tendu par de récentes agressions. La circulation s'annonce donc compliquée pour les autres automobilistes. 

> Suivez la mobilisation des taxis et les perturbations dans notre direct

Francetv info vous en dit plus sur les difficultés à prévoir. 

Périphérique fermé et blocages dans Paris

Les taxis perturbent la circulation dans plusieurs quartiers de Paris, notamment vers la porte Maillot, dans l'ouest de la capitale. Des CRS sont intervenus dans ce secteur, peu après 7 heures. Le périphérique a été brièvement fermé dans les deux sens, "entre les portes Dauphine et Champerret", en raison de barrages, a annoncé Bison futé avant de préciser une demi-heure plus tard que la voie rapide autour de la capitale était de nouveau ouverte.

Notre journaliste était sur place. Voici ses photos. 

Intra-muros, la situation n'est pas meilleure. L'accès extérieur à la gare du Nord est lui aussi entravé par des dizaines de taxis. Des perturbations sont aussi attendues place Denfert-Rochereau et aux alentours des gares de Lyon et Montparnasse. "La Préfecture de police invite les gens à prendre les transports en commun", affirme une source policière.

Des passagers bloqués près des aéroports parisiens

Tôt dans la matinée, les accès à trois terminaux de l'aéroport Roissy Charles-de-Gaulle (2E, 2F et 2D) ont été bloqués. La circulation est très perturbée aux abords de l'aéroport. "La journée commence dans la difficulté", confirme une porte-parole d'Aéroports de Paris, recommandant "aux passagers de venir en transports en commun".

Selon le site Sytadin de la Direction des routes Ile-de-France (Dirif), les accès à Roissy "sont saturés, si vous devez vous rendre ce matin à l'aéroport, privilégiez les transports en commun". A 8 heures, le cumul des bouchons en région parisienne atteignait 199 km.

Des passagers bloqués finissent la route à pied, rapporte un journaliste d'Europe 1 sur Twitter. Ils en ont pour 30 à 50 minutes de marche pour pouvoir prendre leur avion. 

L'ambiance est également tendue à Orly, où de nombreux taxis font la chasse aux chauffeurs clandestins qui profitent de la grève pour prendre des clients. Les forces de l'ordre, présentes en nombre, ont verbalisé l'un de ces chauffeurs. 

Par ailleurs, plusieurs autoroutes vers la capitale sont perturbées par des opérations escargot, neutralisant deux voies sur trois sur l'A1 et deux voies sur quatre sur l'A15 au nord de Paris.

Des actions prévues partout en France

Peu après les taxis parisiens, ce sont les taxis marseillais qui se sont mobilisés, dans la matinée. Vers 8 heures, ils ont commencé à converger vers l'aéroport de Marseille-Provence et la gare Saint-Charles, rapportent des journalistes sur Twitter. 

Les taxis, qui dénoncent "la précarisation des chauffeurs", répondent à l'appel de l'ensemble des syndicats. Des manifestations importantes et des sit-ins sont également prévus à Nice, Toulouse, Bordeaux, Lyon et Lille. 

Vous êtes à nouveau en ligne