Grève des taxis : la galère des passagers racontée sur Twitter

Des chauffeurs de taxi protestent contre UberPop, le 25 juin 2015, à Marseille (Bouches-du-Rhône).
Des chauffeurs de taxi protestent contre UberPop, le 25 juin 2015, à Marseille (Bouches-du-Rhône). (ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP)

Bloqués sur la route de l'aéroport ou pour se rendre chez le médecin, de nombreux internautes racontent leur mésaventure liée à la grève des taxis. 

Opérations escargots, blocages des gares et des aéroports, voitures de transport avec chauffeur (VTC) prises pour cible : près de 3 000 taxis en colère dénoncent, jeudi 25 juin, la "concurrence sauvage" de l'application mobile UberPop. Leur manifestation occasionne d'importantes perturbations, dont se plaignent les automobilistes et usagers des transports en commun sur les réseaux sociaux.

> Suivez en direct la grève des taxis pour protester contre l'application UberPop

Sélection de témoignages. 

Des passagers obligés de finir la route à pied

Les images ont beaucoup tourné sur les réseaux sociaux. Jeudi matin, les taxis ont bloqué les accès aux aéroports parisiens, notamment celui de Roissy-Charles-de-Gaulle. Arrêtés sur la route, des passagers bloqués ont donc fini la route à pied, comme le rapportent plusieurs journalistes sur Twitter. Certains ont marché trente à cinquante minutes pour pouvoir prendre leur avion. 

La scène s'est reproduite dans d'autres villes en France, comme ici à Marseille. 

Par conséquent, il fallait se lever tôt pour acheter des tickets pour prendre les navettes déposant les passagers devant leur terminal. Une longue file a été aperçue devant le guichet pour l'Orlyval, le métro automatique reliant le RER B à l'aéroport d'Orly. 

Des usagers retardés ou bloqués

Sur Twitter, de nombreux automobilistes ou piétons, confrontés aux barrages des taxis un peu partout en France, partagent leur galère pour se rendre sur leur lieu de travail, mais aussi pour prendre le train ou voir un médecin. Ces deux internautes racontent ainsi les soucis de leurs parents, les uns bloqués sur la route de l'aéroport, les autres dans l'impossibilité de se faire soigner en raison de la grève.  

Paris, Rouen, Bordeaux, Marseille, Lyon... La galère n'a pas de lieux et les blocages sont listés un par un par les usagers des transports en commun. 

Et, quand ils n'empêchaient pas les usagers de passer, les taxis ont perturbé le sommeil de certains, comme ici à Lyon. L'habitant a filmé ce défilé plutôt bruyant. 

Des tensions entre chauffeurs et automobilistes

Les manifestations ont parfois tourné à l'aigre, même avec les habitants. C'est ce que raconte la radio France Bleu Provence sur son compte Twitter. Des automobilistes ont échangé des mots avec les chauffeurs de taxi qui bloquaient la route. 

Vous êtes à nouveau en ligne