Sarkozy accepte la démission du gouvernement Fillon

Bruno Le Maire (G), Pierre Lellouche, Roselyne Bachelot et Francois Fillon quittent l\'Elysée le 9 mai 2012 à l\'issue du dernier Conseil des ministres du quinquennat.
Bruno Le Maire (G), Pierre Lellouche, Roselyne Bachelot et Francois Fillon quittent l'Elysée le 9 mai 2012 à l'issue du dernier Conseil des ministres du quinquennat. (LIONEL BONAVENTURE / AFP)

Le Premeir ministre démissionnaire "assure, avec les membres du gouvernement, le traitement des affaires courantes jusqu'à la nomination du nouveau gouvernement".

Nicolas Sarkozy, le chef de l'Etat sortant, a accepté jeudi 10 mai la démission du gouvernement de François Fillon qui la lui avait fait parvenir un peu plus tôt par courrier, a annoncé l'Elysée. La présidence précise que François Fillon "assure, avec les membres du gouvernement, le traitement des affaires courantes jusqu'à la nomination du nouveau gouvernement".

Cette démission du gouvernement de François Fillon, unique Premier ministre du quinquennat de Nicolas Sarkozy, intervient peu après l'officialisation des résultats de l'élection présidentielle par le Conseil constitutionnel, et à cinq jours de l'investiture à l'Elysée de François Hollande.

Par le passé, en pareilles circonstances, les Premiers ministres ont toujours remis la démission de leur gouvernement la veille de l'investiture du nouveau chef de l'Etat. Et durant le laps de temps qui sépare l'élection de l'entrée en fonction du nouvel exécutif, le gouvernement en place expédie les affaires courantes.

Une longévité quasi inédite pour Fillon

Nommé Premier ministre par Nicolas Sarkozy le 17 mai 2007, François Fillon peut se prévaloir d'une longévité quasi inédite à ce poste dans l'histoire de la Ve République : seul Georges Pompidou a fait mieux. Qualifié de "collaborateur" par le président au début du quinquennat, celui qui avait théorisé avant sa nomination l'effacement du Premier ministre s'était attiré les railleries de ses prédécesseurs. C'est ainsi que Jean-Pierre Raffarin avait confié "ne pas avoir fait le même métier" que François Fillon à Matignon. Manière de dire que ce dernier n'avait pas eu autant de travail que lui. Après cinq ans de relations en dents de scie, Nicolas Sarkozy et François Fillon se quittent dans un climat plus apaisé.

Mercredi, en Conseil des ministres, le chef du gouvernement a eu droit à un hommage appuyé de la part de Nicolas Sarkozy. "Il n'y a pas eu de couple qui se soit aussi bien entendu dans la Ve République", a affirmé le président sortant, selon plusieurs témoignages. Et il a ajouté : "On était différents. Heureusement qu'on était différents, les deux mêmes, ça aurait été insupportable". Agé de 58 ans, François Fillon, qui quitte la Sarthe pour se présenter aux législatives à Paris, dans une circonscription toute acquise à la droite, est aujourd'hui le principal rival de Jean-François Copé dans l'optique de la présidentielle de 2017.

Vous êtes à nouveau en ligne