François Fillon a présidé mardi une réunion ministérielle sur les mesures à prendre en cas de nouvelles intempéries

Chaos sur les routes, ici sur une autoroute près de Reims, le 8 décembre 2010.
Chaos sur les routes, ici sur une autoroute près de Reims, le 8 décembre 2010. (AFP - François Nascimbeni)

Critiqué pour sa gestion des dernières chutes de neige, le gouvernement a demandé à tous les services de l'Etat et aux opérateurs d'être "particulièrement mobilisés" ces prochains jours face à la perspective de nouvelles intempéries.Une autre réunion aura lieu "prochainement" à l'Elysée autour de Nicolas Sarkozy, a indiqué Thierry Mariani.

Critiqué pour sa gestion des dernières chutes de neige, le gouvernement a demandé à tous les services de l'Etat et aux opérateurs d'être "particulièrement mobilisés" ces prochains jours face à la perspective de nouvelles intempéries.

Une autre réunion aura lieu "prochainement" à l'Elysée autour de Nicolas Sarkozy, a indiqué Thierry Mariani.

Ainsi, sur les deux axes sensibles en Ile-de-France, RN 118 et 104, où de nombreux automobilistes étaient restés bloqués, "les services de l'Etat seront particulièrement attentifs". Mais concernant "la décision qui est toujours très difficile à prendre" d'interdire la circulation des poids lourds, elle sera prise "quand on le jugera opportun en fonction des informations météo".

Le Premier ministre a "demandé aux responsables de l'Etat et aux opérateurs mais aussi aux collectivités territoriales gestionnaires une part importante de coordination", a ajouté M. Mariani qui a indiqué que la pagaille de la semaine dernière était due à "un événement exceptionnel" pas vu depuis 1987.

Le chef du gouvernement a "demandé aux préfets de départements concernés par les prévisions de chutes de neige importantes d'améliorer le mieux possible tous les dispositifs permettant une annonce et une information des automobilistes", a noté le secrétaire d'Etat aux transports.

Outre les ministres concernés -Brice Hortefeux (Intérieur), Nathalie Kosciusko-Morizet (Ecologie), le préfet de police Michel Gaudin et les dirigeants des grandes entreprises de transport (Aéroports de Paris, SNCF, RATP), était aussi présent le PDG de Météo France, François Jacq.

Météo France a prévu le retour d'un épisode de grand froid cette semaine. Si quelques flocons sont prévus sur le nord et l'est mardi et mercredi, les intempéries devraient s'accentuer et se généraliser sur le pays jeudi et vendredi, veille de congés d'hiver.

"On n'a pas été bon en communication, moi le premier !" a déclaré Fillon
"On n'a pas été bon en matière de communication sur la neige " la semaine dernière, "et moi le premier", a admis mardi François Fillon, selon des participants à la réunion hebdomadaire, à huis clos, du groupe UMP à l'Assemblée nationale. Poursuivant son mea culpa, il a lancé: "j'ai parlé à partir d'informations qui n'étaient pas bonnes. Il faudrait s'astreindre à ne jamais parler quand on est loin".

En déplacement à Moscou la semaine dernière pendant les intempéries, le chef du gouvernement avait mis en cause Météo France pour expliquer la pagaille sur les routes de la région parisienne.

Thierry Mariani s'attend à "une semaine particulièrement délicate"
Le secrétaire d'Etat aux Transports Thierry Mariani a déjà prévenu: "Si les intempéries neigeuses sont aussi intenses que mercredi dernier et concentrées sur un après-midi, il y aura de nouveau des problèmes". "Nous nous attendons à une semaine particulièrement délicate", a-t-il noté.

Il préconise un système d'alerte en cas de fortes intempéries, avec messages à la radio, à la télévision, sur les panneaux lumineux des autoroutes, comme pour "l'alerte enlèvement". M.Mariani estime aussi qu'il faudrait "améliorer les conditions d'hébergement d'urgence des passagers bloqués, en augmentant par exemple le nombre de chambres disponibles dans les hôtels des aéroports".

Brice Hortefeux demande "la vigilance" des préfets
De son côté, le ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux, qui avait suscité une vive polémique en minimisant la situation en région parisienne où des milliers de personnes se sont retrouvées bloquées sur les routes, a demandé aux préfets de se mettre en état "de vigilance toute particulière".

"Dès l'annonce du classement de votre département en orange, vous vous assurerez que le plan de salage et de déneigement est opérationnel", enjoint le ministre dans une note aux préfets. Il veut aussi une meilleure information des usagers "en amont" sur les routes traitées "en priorité ou fermées à la circulation" et un renforcement du dispositif de veille et de gestion de crise.

Le chaos de la semaine passée dénoncé
Comme en Ecosse, où le ministre des Transports a présenté sa démission cette semaine après un épisode neigeux mal géré, une vive polémique a éclaté dans l'Hexagone la semaine passée, alimentée par les propos de M.Hortefeux puis ceux de M.Fillon.

Le président Nicolas Sarkozy a ensuite reconnu un "décalage" dans la réaction de l'Etat à ces intempéries.

Les très nombreux automobilistes et routiers, coincés pendant des heures mercredi et jeudi dernier en région parisienne, ont dénoncé un manque de préparation. Des syndicats de l'Equipement ont pointé du doigt le "démantèlement des services de l'Etat" et "des réductions continues et massives des effectifs et des moyens".
La carte météo de France 2 La carte météo de France 3

Vous êtes à nouveau en ligne