François Baroin, François Daubresse et Georges Tron sont les nouveaux arrivants au gouvernement

Le nouveau ministre du Budget François Baroin sur le plateau du 20 heures de France 2 (23 mars 2010)
Le nouveau ministre du Budget François Baroin sur le plateau du 20 heures de France 2 (23 mars 2010) (France 2)

Francois Baroin, reconnu comme un des derniers défenseurs de l'héritage chiraquien, détient le label de "chiraquien sarko-compatible".Georges Tron est l'un des plus fidèles partisans de Dominique de Villepin. Centriste de l'UMP, François Daubresse est secrétaire général adjoint du parti de la majorité.

Francois Baroin, reconnu comme un des derniers défenseurs de l'héritage chiraquien, détient le label de "chiraquien sarko-compatible".

Georges Tron est l'un des plus fidèles partisans de Dominique de Villepin. Centriste de l'UMP, François Daubresse est secrétaire général adjoint du parti de la majorité.

François Baroin critique de la politique de Sarkozy
François Baroin,
nommé ministre du Budget, entre au gouvernement après des mois de critiques sur la stratégie de Nicolas Sarkozy. Entre les deux tours, il a réclamé l'arrêt de la politique d'ouverture à gauche, estimant qu'elle était en partie responsable de l'hémorragie des voix de l'UMP.

Cet avocat et ancien journaliste, dont la figure juvénile et les lunettes -désormais remisées- lui a valu le surnom de "Harry Potter" a toujours entretenu de bonnes relations avec Nicolas Sarkozy.

En l'intégrant au gouvernement, Nicolas Sarkozy admet l'à-propos de ses critiques sur l'ouverture, le débat sur l'identité nationale ou les réformes. "Nous sommes très nombreux à considérer que trop c'est trop", disait-il fin 2009.

Lui qui disait craindre en novembre dernier "la dégradation de la signature française" sur les marchés financiers et prônait "un coup de frein considérable" sur les dépenses et "l'augmentation de la fiscalité", pourra agir en étant au budget.

Un protégé de Jacques Chirac
Né le 21 juin 1965 à Paris, François Baroin a été en quelque sorte "adopté" par l'ancien président Jacques Chirac après la mort accidentelle, en février 1987, de son père, Michel.

Ce dernier, haut fonctionnaire, PDG de la Garantie mutuelle des fonctionnaires (GMF) et de la FNAC et qui fut un moment grand maître de la principale obédience maçonnique française, le Grand Orient, était un ami personnel de Jacques Chirac.

Titulaire d'un DEA en géopolitique et d'un DESS de défense et de sciences de l'information, François Baroin est élu en 1989 conseiller municipal RPR de Nogent-sur-Marne (Aube) alors qu'il est journaliste politique à Europe1.

Jacques Chirac veille sur sa carrière politique, fulgurante. En 1993, il est élu député de la troisième circonscription de l'Aube et devient le benjamin de cette nouvelle législature. Il a toujours été réélu depuis. Il est maire de Troyes depuis 1995.

Porte-parole du gouvernement d'Alain Juppé après l'élection de Jacques Chirac à la présidence de la République en mai 1995, il devient en 2002 membre du comité d'orientation de la campagne pour l'élection présidentielle et un des membres fondateurs de l'UMP.

La même année, il est réélu député de l'Aube. Il est élu vice-président de l'Assemblée nationale jusqu'à sa nomination en juin 2005 au poste de ministre de l'Outre-mer dans le gouvernement d'un autre chiraquien, Dominique de Villepin.

En 2007, il passe deux mois au ministère de l'Intérieur, succédant à Nicolas Sarkozy qui mène la campagne présidentielle. Il "garde le cap sur une position de fermeté", sur les sans-papiers scolarisés en France et la sécurité.

Père de trois enfants, divorcé, François Baroin a alimenté récemment les colonnes de la presse "people", qui a révélé ses liaisons avec la journaliste Marie Drucker puis l'actrice Michèle Laroque. Il ne cache pas son ambition présidentielle.

Georges Tron, villepiniste et homme d'initiatives

Ex-balladurien, proche de Dominique de Villepin, Georges Tron, nommé secrétaire d'Etat à la Fonction publique, rêvait depuis longtemps d'un maroquain.

Georges Tron était l'un des piliers du conseil d'administration du Club Villepin, qui regroupe depuis fin 2009 une quinzaine de parlementaires UMP autour de l'ex-Premier ministre.

Cette entrée au gouvernement apparaît éminemment tactique de la part de Nicolas Sarkozy à trois jours d'une conférence de presse de son ennemi déclaré, Dominique de Villepin, qui prévoit d'annoncer jeudi la création d'un mouvement politique.

Né le 1er août 1957 à Neuilly-sur-Seine, la ville dont Nicolas Sarkozy a été maire, M. Tron a commencé sa carrière politique dans l'équipe d'Edouard Balladur, dont il a été conseiller parlementaire au ministère de l'Economie (1986-88), puis chef de cabinet de 1988 à 1993.

Elu jeune député à 35 ans lors de la "vague bleue" de 1993, M. Tron devient conseiller officieux de son mentor à Matignon. Durant toute la 2e cohabitation, il disposera d'un bureau au 57, rue de Varenne.

Réélu à l'Assemblée en 1997, 2002 et 2007, il est depuis 1995 maire de Draveil dans l'Essonne. Là, il a lancé un débat lors de la révolte des banlieues de novembre 2005 en annonçant la suspension "immédiate" dans sa commune des aides sociales municipales aux familles des fauteurs de troubles condamnés par la justice.

En 2005, M. Tron est aussi le député qui a suggéré dans un rapport le non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux, que met en pratique aujourd'hui le gouvernement.

Avec le temps, il se rapproche de Villepin, ex-secrétaire général de Jacques Chirac à l'Elysée. Il ne se rangera qu'en mars 2007 à la candidature de Nicolas Sarkozy, moins de deux mois avant le premier tour.

Il a vu "une grande victoire" dans la relaxe dont a bénéficié en janvier l'ancien Premier ministre dans le procès des faux listings bancaires de la société Clearstream. M.Tron préside depuis 2002 le groupe d'amitié France-Mexique de l'Assemblée.

Marc-Philippe Daubresse, un centriste de l'UMP

Agé de 56 ans, il a déjà été membre du gouvernement, chargé du logement sous Jean-Pierre Raffarin et représente la sensibilité centriste de l'UMP. A ces postes ministériels en 2004-2005, il avait énergiquement défendu auprès de Bercy les avantages fiscaux liés aux achats de logements neufs.

En juin dernier, il avait été très déçu de s'être vu préférer un jeune espoir de l'UMP, Benoist Apparu, pour succéder à Christine Boutin au ministère du Logement.

Secrétaire général adjoint de l'UMP, sa carrière politique s'est déroulée exclusivement dans son département du Nord où il était député-maire (UMP) de Lambersart, une banlieue huppée de Lille, après avoir été un des principaux dirigeants centristes dans cette région.

Né en 1953, M.Daubresse est ingénieur diplômé de l'Ecole centrale de Lille et diplômé de troisième cycle de gestion de l'Institut d'administration des entreprises.

Il commence sa carrière auprès de Norbert Ségard comme chargé de mission à son cabinet au secrétariat d'Etat aux Postes et Télécommunications (1977-1980).

Adjoint au maire Lambersart en 1983, il devient premier magistrat de la ville de 1988 à 2004, puis à partir de 2005. Il est parallèlement vice-président de la Communauté urbaine de Lille (1989 à 2001), puis de Lille Métropole (2001-2008).

Ancien conseiller régional (UDF) du Nord-Pas-de-Calais (1986-1992), M. Daubresse est député (UDF) du Nord (1992-2004), puis à nouveau à partir de 2005, à la faveur d'une partielle, avant d'être réélu (UMP) en 2007.

Marc-Philippe Daubresse est membre du bureau politique de l'UMP depuis 2002, délégué général chargé du dialogue social depuis 2008, après avoir été chargé des fédérations (2002-2004), puis du travail et de l'emploi (2005-2007).

Il est père de trois enfants.




Vous êtes à nouveau en ligne