Fralib : Unilever ne fera pas déloger les salariés de Gémenos au 1er juin

Des salariés de l\'usine Fralib de Gémenos (Bouches-du-Rhône) occupent le site, le 11 mai 2012.
Des salariés de l'usine Fralib de Gémenos (Bouches-du-Rhône) occupent le site, le 11 mai 2012. (BORIS HORVAT / AFP)

Le groupe Unilever a accepté que les salariés qui bloquent le site de Fralib à Gémenos (Bouches-du-Rhône), ne soient pas expulsés au 1er juin, a annoncé vendredi 25 mai le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg.

Le groupe Unilever a accepté que les salariés qui bloquent le site de Fralib à Gémenos (Bouches-du-Rhône) ne soient pas expulsés au 1er juin, a annoncé vendredi 25 mai le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg.

Le groupe anglo-néerlandais a accepté "de ne pas demander l'exécution de la décision de justice qui ordonnait l'évacuation de l'usine" et de rouvrir les négociations sur le sort de Fralib, l'unique entreprise en France à fabriquer les thés Lipton et les infusions Eléphant qu'il entend fermer faute de rentabilité.

Francetv info

Le ministre a nommé un médiateur pour étudier les différents scénarios de reprise, en premier lieu celui que proposent les salariés, et Unilever s'est engagé à ne pas déménager les machines du site tant que ces discussions seront en cours, a-t-il précisé.

Vous êtes à nouveau en ligne