Eric Woerth s'est expliqué mercredi devant la Cour de justice de la République sans que rien ne filtre

Le ministre du travail, Eric Woerth, le 7 juillet 2010.
Le ministre du travail, Eric Woerth, le 7 juillet 2010. (AFP/ERIC PIERMONT)

L'audition, comme témoin assisté de l'ancien ministre du Budget, s'est terminé au bout de quatre heures. Elle s'inscrit dans le cadre de l'enquête sur la vente de l'hippodrome de Compiègne pour "prise illégale d'intérêts".Son avocat, Me Le Borgne a indiqué que "Tout c'est bien passé...il n'y a pas d'affaire Woerth".

L'audition, comme témoin assisté de l'ancien ministre du Budget, s'est terminé au bout de quatre heures. Elle s'inscrit dans le cadre de l'enquête sur la vente de l'hippodrome de Compiègne pour "prise illégale d'intérêts".

Son avocat, Me Le Borgne a indiqué que "Tout c'est bien passé...il n'y a pas d'affaire Woerth".

Il est accusé d'avoir "bradé" en mars 2010 pour 2,5 millions d'euros une parcelle de 57 hectares de la forêt de Compiègne, à la Société des courses de Compiègne.

Le statut de témoin assisté est intermédiaire entre celui de simple témoin et celui de mis en examen. Il permet d'avoir accès au dossier.

"Si j'avais à refaire ce que j'ai fait sur Compiègne, je le referais immédiatement aujourd'hui", a récemment déclaré l'ancien ministre du Budget.

Pas de poursuite pénale en vue
Pour son avocat, Me Jean-Yves Le Borgne, Eric Woerth est resté dans la cadre de la légalité et "le dossier paraît ne renfermer aucune perspective de poursuite pénale", avait-t-il affirmé avant l'audition.

Ce que démentent plusieurs députés socialistes pour lesquels le Parlement aurait dû donner son aval à cette vente.

"L'acte de vente a été signé en contradiction formelle avec la loi", a déclaré à l'AFP le député PS Christian Bataille qui est à l'origine de la saisine de la CJR.

"J'espère que l'instruction montrera que M. Woerth a sciemment contourné la loi", a-t-il ajouté. Car selon lui M. Woerth "pourra difficilement faire croire qu'il a dérapé d'autant que Matignon et Bercy avaient attiré son attention". Le PS espère également que des précisions seront apportées sur la valeur des biens.

L'enquête de la commission d'instruction aboutira à un non-lieu ou au renvoi de M. Woerth devant la formation de jugement de la CJR, chargée de juger les crimes et délits commis par les membres du gouvernement "dans l'exercice de leurs fonctions".

Sans être formellement mis en cause dans ce dossier tentaculaire, Eric Woerth a également vu son nom apparaître pour des faits présumés de trafic d'influence et de financement politique illégal.

La Cour de justice de la République est l'instance habilitée à juger les ministres pour des faits délictueux commis dans l'exercice de leur fonction.

Parallèlement à cette enquête des juges du pôle financier du tribunal de grande instance (TGI) de Paris instruisent le volet non ministériel de l'affaire.

Vous êtes à nouveau en ligne