Entente entre Colgate, Henkel, SC Johnson... le repas où ils ont été pris la main dans le sac

L\'Autorité de la concurrence a prononcé, jeudi 18 décembre 2014, deux amendes, d\'un montant cumulé record de 950 millions d\'euros, à l\'encontre des géants des secteurs de l\'entretien, de l\'hygiène et de la beauté, pour une entente commerciale sur les prix.
L'Autorité de la concurrence a prononcé, jeudi 18 décembre 2014, deux amendes, d'un montant cumulé record de 950 millions d'euros, à l'encontre des géants des secteurs de l'entretien, de l'hygiène et de la beauté, pour une entente commerciale sur les prix. (MAXPPP)

L'Autorité de la concurrence a prononcé deux amendes, d'un montant cumulé record de 950 millions d'euros, à l'encontre de géants des secteurs de l'entretien, de l'hygiène et la beauté pour entente sur les prix.

Les 13 fabricants de produits d'hygiène et de beauté coupables d'entente commerciale sur les prix entre 2003 et 2006 ont été pris en flagrant délit. L'Autorité de la concurrence a prononcé, jeudi 18 décembre, deux amendes, d'un montant cumulé record de 950 millions d'euros, à l'encontre des géants de ces secteurs.

Et ces entreprises (Unilever, Procter & Gamble, Colgate-Palmolive, Henkel, Laboratoires Vendôme, Gillette, L'Oréal, Vania...) ont été prises en flagrant délit par surprise lors d'un déjeuner. "Une scène digne des meilleurs films sur la mafia", raconte Le Parisien (article abonnés). La scène se passe, le 3 février 2006, dans une brasserie chic de Paris du 17e arrondissement de Paris, le Royal Villiers.

Surpris à la fin du repas 

"Nous avons été informés que les responsables des ventes [de ces entreprises] se réunissaient régulièrement dans un restaurant parisien... Les enquêteurs les ont pris par surprise : (...) à côté des membres de l'entente, il y avait une autre table où discrètement déjeunaient deux enquêteurs, et à 15 heures, à la fin du repas, tout le monde a été pris sur le fait et les ordinateurs et les notes manuscrites saisis", a raconté Bruno Lasserre, président de l'Autorité à la concurrence, sur France Info

A la fin du repas, ils ont donc été interpellés puis ont été conduits au sous-sol du restaurant, rapporte Le Parisien, pendant que les sièges des fabricants en cause étaient perquisitionnés.

Une procédure de clémence à l'origine de la fuite

Comment l'Autorité à la concurrence a-t-elle été prévenue de cette rencontre ? C'est l'une des sociétés participant à cette entente sur les prix, SC Johnson (fabricant de Brise, K2R ou de Canard WC), qui a dénoncé cette pratique grâce à une "procédure de clémence instaurée en 2001 permettant aux sociétés dévoilant des accords secrets sur des prix ou des parts de marché de bénéficier d'exonération partielle ou totale d'amendes", précise le quotidien. Résultat : SC Johnson a été dispensé d'amende, tandis que Colgate-Palmolive qui apparaissait dans les deux volets, mais qui a dénoncé les faits juste après SC Johnson, a vu son amende réduite de 50% sur le secteur de l'entretien - elle devra s'acquitter de 59 millions d'euros - et n'aura rien à payer dans celui de l'hygiène.