En France, une personne sur cinq éprouve des difficultés à effectuer des démarches administratives

Une employée d\'un centre des impôts aide une contribuable à remplir sa feuille de déclaration de revenus. (Photo d\'illustration)
Une employée d'un centre des impôts aide une contribuable à remplir sa feuille de déclaration de revenus. (Photo d'illustration) (MYCHELE DANIAU / AFP)

Une personne sur cinq a des difficultés à effectuer des démarches administratives en France, selon une enquête publiée jeudi. Des difficultés qui augmentent en fonction de la précarité et de l'accès à Internet des individus.

En France, une personne sur cinq éprouve des difficultés à effectuer des démarches administratives et 12% abandonnent même leurs démarches, selon une enquête publiée, jeudi 30 mars, par le Défenseur des droits Jacques Toubon. L'étude révèle également que "54% des personnes interrogées ont expérimenté au moins une fois dans les cinq dernières années des difficultés pour résoudre un problème avec une administration ou un service public."

Les personnes précaires plus en difficultés

Après les difficultés, 80% des personnes persistent dans leurs actions et recontactent l'administration ou le service public concerné, mais "12% des individus vont abandonner leurs démarches", précise l'enquête.

Le Défenseur des droits souligne également que les personnes en situation de précarité économique ou sociale rapportent plus de difficultés pour résoudre un problème avec une administration (60%) que les personnes non précaires (50%). En cause, selon l'enquête : "Leur moins bonne connaissance du droit et des voies de recours existantes". De fait, les personnes en situation de précarité sont plus susceptibles d'abandonner les démarches à la suite d'un problème avec un service public ou une administration, ce qui se traduit "parfois par une situation de non-accès à leurs droits".

Internet accentue les inégalités

L'étude pointe également les inégalités liées aux démarches sur Internet, soulignant que "9% de la population en France interrogée dans cette enquête ne dispose pas d'un accès à Internet."

Jacques Toubon propose de "permettre aux personnes qui le souhaitent de rencontrer les agents des services publics", de "développer les maisons de services publics" et de "former les agents sur des difficultés particulières des publics en situation de précarité et d'éloignement vis-à-vis de l'usage d'Internet."

Cette étude est le deuxième volet d'une enquête intitulée "Accès aux droit", qui porte sur les relations des usagers avec les services publics.

Vous êtes à nouveau en ligne