Des risques avec les poêles anti-adhésives ?

Le réseau Environnement-Santé lance un cri d'alarme sur l'"acide perfluorooctanoïque" (la matière anti-adhésive)

Le réseau Environnement-Santé lance un cri d'alarme sur l'"acide perfluorooctanoïque" (la matière anti-adhésive)Le réseau Environnement-Santé lance un cri d'alarme sur l'"acide perfluorooctanoïque" (la matière anti-adhésive)

Cette matière (le PFOA) est utilisée dans les poêles anti-adhésives, mousses anti-incendies, emballages de pizza ou vêtements imperméabilisés.

Selon le réseau Environnement-Santé, le PFOA est un perturbateur endocrinien qui s'ajoute à d'autres composés perfluorés dans l'environnement et provoquerait notamment une baisse de la qualité du sperme.

André Cicolella, porte-parole du réseau et chercheur en santé environnementale, met en cause l'Afssa (Agence de sécurité sanitaire des aliments) qui avait rendu un avis plus prudent en mars dernier.

L'Afssa avait souligné que "sur la base de l'ensemble des données disponibles" l'exposition du consommateur "liée à des conditions réalistes d'utilisation" des poëles anti-adhésives est "600 fois inférieure à la dose journalière tolérable" et que l'exposition par l'eau ou la consommation de poisson est "négligeable".

Devant la presse, André Cicolella, porte-parole du réseau et chercheur en santé environnementale, a regretté que cet avis de l'Afssa n'ait pas tenu compte des dernières études en date soulignant la nocivité de ce perturbateur endocrinien.

Le RES, qui parle de "faute professionnelle grave", regrette aussi que l'avis de l'Afssa ne prenne pas en compte "les autres sources d'exposition que les poêles téflonées", telles que les textiles, les cartons alimentaires, les moquettes, les poussières domestiques, ainsi que les effets de coexposition avec d'autres composés perfluorés.