Des questions autour des maisons de naissance

FRANCE 2

A partir de janvier 2016, les femmes enceintes pourront accoucher dans des maisons de naissance plutôt qu'à l'hôpital. Mais des associations craignent pour la santé des patientes.

Accoucher sans gynécologue, aidée seulement d'une sage-femme, et loin de l'hôpital. Dès le 1er janvier prochain, ce sera possible en France grâce aux maisons de naissance, alternatives souhaitées par certaines femmes peu attirées par les hôpitaux, jugés impersonnels et trop standardisés.

Plusieurs associations pointent tout de même des risques pour la santé des femmes et des enfants. Ainsi, le décret légalisant ce dispositif fixe des conditions strictes à l'ouverture des maisons de naissance.

Des économies attendues pour l’État

Par exemple, chaque structure devra être attenante à une maternité en cas de complication. De plus, une patiente sera prise en charge par la même sage-femme d'un bout à l'autre de sa grossesse.

L’État espère réaliser des économies grâce à cette alternative : un accouchement en maison de naissance devrait coûter 600 euros de moins qu'un accouchement à l'hôpital.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne