Des producteurs de lait ont symboliquement "porté plainte" mercredi contre l'industrie laitière

Le 16 octobre 2009 à Colmar, en Alsace.
Le 16 octobre 2009 à Colmar, en Alsace. (AFP/SEBASTIEN BOZON)

Les représentants des Jeunes agriculteurs de la Sarthe et de Loire-Atlantique accusent l'industrie laitière de ne pas respecter ses engagements.Ils prévoient des actions dans plusieurs régions de France pour protester contre la non-application par les groupes Lactalis, Bongrain et Bel d'un accord de 2009 sur la hausse du prix du lait.

Les représentants des Jeunes agriculteurs de la Sarthe et de Loire-Atlantique accusent l'industrie laitière de ne pas respecter ses engagements.

Ils prévoient des actions dans plusieurs régions de France pour protester contre la non-application par les groupes Lactalis, Bongrain et Bel d'un accord de 2009 sur la hausse du prix du lait.

Ils ont été reçus par des magistrats des tribunaux de commerce du Mans et de Nantes, à qui ils ont expliqué leurs griefs: "Nos 'plaintes' n'ont pu être enregistrées pour des raisons de procédure, mais il s'agissait avant tout de poser un acte symbolique", a précisé Etienne Fourmont, responsable lait des Jeunes agriculteurs des Pays de la Loire.

Dans la Sarthe, les producteurs se sont également rendus dans une grande surface du Mans où ils ont apposé des autocollants "Cette marque vole les agriculteurs" ou "Produit non équitable" sur des produits laitiers de grande distribution, une action qui s'est déroulée "sans incident", selon M.Fourmont.

Lactalis, Bongrain et Bel, qui fabriquent ces produits phares de la fromagerie française, n'appliquent pas la hausse de 31 euros au millier de litres de lait prévu par un accord signé à l'été 2009. Les producteurs en colère demandent aux distributeurs et aux consommateurs de boycotter leurs fromages, le camembert Président, les fromages Caprice des Dieux et La vache qui rit, notamment.

"Aujourd'hui, c'était symbolique, mais cela va monter crescendo dans les campagnes" si aucun accord sur les prix du lait de juillet n'est conclu d'ici la mi-août, a souligné le représentant agricole en évoquant des blocages de camions et d'usines laitières comme lors de la crise laitière de l'an passé.

L'interprofession échoue depuis juin à s'entendre sur les prix à appliquer au troisième trimestre. Les producteurs, qui réclament une hausse de 11% des tarifs laitiers, reprochent aux industriels de ne pas respecter un accord de juin 2009 indexant les prix sur des indices aujourd'hui en hausse.