Des députés réclament une baisse de 10 % de leur indemnité

Le Palais-Bourbon, où siègent les députés, à Paris.
Le Palais-Bourbon, où siègent les députés, à Paris. (PATRICK ESCUDERO / AFP)

Le président de l'Assemblée nationale Bernard Accoyer a affirmé jeudi matin que plusieurs élus de la Chambre, dont lui-même, avaient effectué cette démarche. 

Tout le monde doit se serrer la ceinture. Dans le sillage de l'initiative de trois députés UMP la semaine précédente, le président de l'Assemblée nationale, Bernard Accoyer, a affirmé jeudi 2 février que ses indemnités avaient été réduites de 10 %, à sa demande.

"Un certain nombre de députés, qui sont très soucieux de cet aspect sensible dans le pays, ont déjà volontairement demandé cette baisse qui leur est appliquée", a-t-il ajouté sur France Inter. Il n'a cependant précisé ni leur nombre, ni les partis politiques auxquels ces élus appartiennent. L'indemnité de base des députés s'élève à 5 514,68 euros mensuels brut. 

En novembre 2011, les députés avaient rejeté une proposition de loi défendue par le député UMP Lionnel Luca instaurant une baisse de 10 % des indemnités des élus de la République. Ce dernier était pourtant suivi par trente autres députés allant de Nicolas Dupont-Aignan à droite à Europe Ecologie - Les Verts, avait noté Rue 89.  Les opposants à cette mesure ont notamment insisté sur le fait que l'économie réalisée, environ 5 millions d'euros par an, n'était qu'une goutte d'eau dans le déficit public français. L'Assemblée nationale "a diminué son coût depuis cinq ans", a poursuivi Bernard Accoyer, permettant "une économie de 180 millions d'euros en cinq ans"

Vous êtes à nouveau en ligne