VIDEO. En Corse, Manuel Valls campe sur ses lignes rouges

FRANCE 2

S'exprimant devant l'Assemblée de Corse, il a de nouveau rejeté les demandes des nationalistes corses de rendre la langue corse "co-officielle" avec le français et de créer un statut favorable de "résident" sur l'île.

Manuel Valls est resté fidèles à ses "lignes rouges", lundi 4 juillet. S'exprimant devant l'Assemblée de Corse, il a de nouveau rejeté les demandes des nationalistes corses de rendre la langue corse "co-officielle" avec le français et de créer un statut favorable de "résident" sur l'île.

Il a aussi refusé l'idée d'une "amnistie" pour ceux que les leaders nationalistes appellent les "prisonniers politiques". Le chef du gouvernement a toutefois annoncé quelques mesures en faveur de l'île de Beauté, comme la création d'une agrégation en corse ou sa volonté de "prolonger" des régimes fiscaux dérogatoires valables en Corse pour lutter contre la hausse des prix de l'immobilier local.

"Une seule langue officielle"

"Nous avons démontré par nos échanges et notre travail que des résultats étaient possibles. Je veux faire du dialogue notre modèle pour l'avenir", a-t-il affirmé dans l'hémicycle. Mais "il y a des lignes rouges, vous le savez. L'affirmation de l'identité corse ne passera pas par l'exclusion, la co-officialité de la langue ou le statut de résident", a-t-il ajouté. "La République a une seule langue officielle, le français, car elle est pratiquée par tous. Nous ne reviendrons pas bien sûr sur ce principe", même si elle "reconnaît, aussi, pleinement la langue corse, ciment de votre culture", a-t-il poursuivi.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne