VIDEO. Bastia : comment une manifestation de soutien à de jeunes nationalistes corses a dégénéré

France 3 Corse / franceinfo

Les incidents ont éclaté, samedi, peu après la dispersion d'un défilé, organisé en soutien à trois hommes condamnés le 6 octobre par la cour d'assises spéciale de Paris pour un attentat à la voiture bélier contre la sous-préfecture de Corte.

Une manifestation de soutien à de jeunes nationalistes corses, récemment condamnés à Paris, a violemment dégénéré, samedi 15 octobre, à Bastia. La manifestation, à laquelle ont participé quelque 1 500 personnes selon la police, 4 000 selon les organisateurs, s'est déroulée sans incident, jusqu'à ce que plusieurs dizaines de personnes jettent des cocktails Molotov sur les forces de l'ordre et leurs véhicules.

Les incidents ont éclaté peu après la dispersion de ce défilé de soutien à ces nationalistes corses, condamnés le 6 octobre par la cour d'assises spéciale de Paris pour un attentat à la voiture bélier contre la sous-préfecture de Corte (Haute-Corse). Commis le 1er avril 2012, il avait fait des dégâts matériels.

La Poste centrale incendiée

Que s'est-il passé ? Vers 16h30, samedi, plusieurs dizaines de jeunes cagoulés ont lancé des cocktails Molotov sur les CRS et les gendarmes mobiles, qui protégeaient la préfecture de Haute-Corse et dont la présence avait été renforcée.

Huit véhicules, dont au moins un de police, ont commencé à brûler, mais les pompiers ont rapidement pu éteindre les flammes. Les jeunes cagoulés ont également déclenché un début d'incendie à la Poste centrale de Bastia, située à 200 m de la préfecture.

Les forces de l'ordre ripostent par des tirs de grenades lacrymogènes

CRS et gendarmes mobiles ont riposté par des tirs de grenades lacrymogènes et de Flash-Ball. Ils ont ensuite bouclé le périmètre autour de la préfecture en déployant des camions et des cars.

En fin de journée, le calme est revenu dans les rues de la vieille ville, quadrillées par des centaines de gendarmes. Aucun blessé n'est à déplorer, selon le ministère de l'Intérieur, qui a maintenu un dispositif policier "conséquent" toute la soirée. Aucune interpellation n'a été rapportée.

Vous êtes à nouveau en ligne