Manuel Valls en Corse : une visite très politique

France 3

C'est la première fois que le Premier ministre se rendait en Corse, ce lundi 4 juillet. Objectif : donner des signes de dialogue tout en restant ferme.

C'est une visite sous haute surveillance à Ajaccio (Corse-du-Sud) pour Manuel Valls, ce lundi 4 juillet. Des manifestants réclament l'amnistie des prisonniers corses. Pour le Premier ministre, il n'y a aucun prisonnier politique en France. Et il refuse l'officialisation de la langue corse, une revendication portée par les nationalistes depuis leur victoire aux élections régionales. "La Corse est dans la République, la Corse est dans la France", a-t-il déclaré.

Une visite pour rien ?

Le Premier ministre a toutefois donné des gages : la création d'une collectivité territoriale unique, la prolongation d'un statut fiscal dérogatoire. Mais c'est insuffisant pour les élus corses. "Il y a des points sur lesquels il faut prendre acte d'avancées et d'autres sur lesquels il faut se mobiliser", s'exprime Jean-Guy Talamoni, président de l'Assemblée de Corse. Pour les élus nationalistes, la visite de Manuel Valls n'a pas apporté de solutions politiques.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne