EN IMAGES. Rivières en crue, routes effondrées, quartiers dévastés... Les inondations frappent la Corse et les Cévennes

La ville d\'Ajaccio (Corse-du-Sud) a été touchée par de très fortes pluies, le 11 juin 2020.
La ville d'Ajaccio (Corse-du-Sud) a été touchée par de très fortes pluies, le 11 juin 2020. (PIERRE-ANTOINE FOURNIL / MAXPPP)

Des pluies diluviennes ont provoqué d'importants dégâts dans plusieurs départements de la moitié sud de la France depuis jeudi. En Corse, Météo France parle d'un phénomène jamais vu.

Des pluies torrentielles, des crues spectaculaires... Un puissant épisode cévenol s'est abattu, d'abord sur la Corse jeudi 11 juin, puis les Cévennes et la Haute-Loire le lendemain.

Les intempéries devraient se poursuivre ce samedi. Sept départements sont encore placés en vigilance orange vendredi soir : l'Ardèche, l'Aveyron, le Gard, la Haute-Loire, la Loire, la Lozère, et le Puy-de-Dôme. En revanche, l'alerte concernant de possibles orages a été levée pour la Meurthe-et-Moselle et la Moselle.

Dans les zones déjà frappées, les intempéries ont laissé place à des paysages parfois méconnaissables.

Des intempéries exceptionnelles à Ajaccio

Les services de Météo France avaient placé la Corse en vigilance jaune orages dès jeudi. Mais un orage stationnaire, bien plus violent qu'attendu, a frappé Ajaccio (Corse-du-Sud). Pendant deux heures, l'équivalent de deux mois de pluies est tombé sur la ville. Certaines rues se sont transformées en torrents, emportant au passage voitures, poubelles, mais aussi conteneurs de déchets.

"100 à 120 millimètres" de pluie sont tombés pendant cet épisode "particulièrement violent et localisé", a précisé la collectivité de Corse. "C'est probablement du jamais-vu sur Ajaccio d'avoir une telle intensité en deux-trois heures", s'est étonné Pascal Rebillout, chef du centre météorologique d'Ajaccio, auprès de l'AFP. Après leur passage, les intempéries ont frappé durement certains quartiers de la ville, comme celui des Salines. Et des habitations, garages ou commerces ont été dévastés.

Une commerçante nettoie son magasin, à Ajaccio (Corse-du-Sud), après les intempéries, le 12 juin 2020.
Une commerçante nettoie son magasin, à Ajaccio (Corse-du-Sud), après les intempéries, le 12 juin 2020. (PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP)

La police a fermé temporairement les accès de la ville, craignant un nouvel épisode orageux qui n'est finalement pas arrivé. Le soleil est revenu sur la cité impériale en milieu d'après-midi.

Près de 200 personnes ont été mises en sécurité par les pompiers. "Il n'y a pas de blessé à l'exception d'un sapeur-pompier professionnel qui a chuté en intervention et s'est fracturé une jambe", a assuré, jeudi, un porte-parole des pompiers de Corse-du-Sud, à l'AFP.

De fortes crues dans les Cévennes

Les intempéries se sont progressivement déplacées vers le Massif Central, notamment dans les Cévennes. De très fortes pluies ont balayé le nord et l'ouest du Gard, dans la nuit de jeudi à vendredi. Les cumuls ont atteint 100 à 250 millimètres sur les Cévennes (du côté du Gard et de la Lozère), allant même ponctuellement jusqu'à 350 millimètres dans l'est de la Lozère, indique Météo France. Il est parfois tombé en quelques heures l'équivalent de quatre fois les précipitations normales de tout un mois de juin.

Ces pluies ont entraîné de fortes crues. Dans la commune d'Anduze (Gard), le Gardon est monté de 3 à 5 mètres, causant des inondations.

En Lozère, les habitants ont également pu observer et filmer la crue du Gardon. Le département a aussi été confronté à la montée du niveau du Tarn.

Les dégâts provoqués par cet intense épisode cévenol, inhabituel pour la saison, sont impressionnants. A Saint-André-de-Majencoules (Gard), des routes se sont effondrées, comme le montrent des images de la préfecture du Gard. 1 500 foyers sont encore privés d'électricité dans ce département. Vendredi midi, une dizaine de routes secondaires étaient coupées, notamment dans les Cévennes.

La Haute-Loire également touchée

Les intempéries ont aussi frappé la Haute-Loire vendredi, touchant particulièrement le bassin du Puy. A Brives-Charensac, les rues se sont transformées en torrents, raconte L'éveil de la Haute-Loire.

A Chadrac, la Loire a atteint un niveau de 2,37 mètres dans l'après-midi.

Vous êtes à nouveau en ligne