EN IMAGES. Corse: une manifestation de soutien à de jeunes nationalistes dégénère à Bastia

Un homme s\'enfuit après avoir lancé un cocktail Molotov sur une banque, à Bastia (Haute-Corse), samedi 15 octobre 2016. 
Un homme s'enfuit après avoir lancé un cocktail Molotov sur une banque, à Bastia (Haute-Corse), samedi 15 octobre 2016.  (PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP)

Les heurts, qui se sont terminés en fin d'après-midi, n'ont pas fait de blessé. Personne n'a été interpellé. 

Une manifestation de soutien à de jeunes nationalistes corses, récemment condamnés à Paris à 8, 6 et 5 ans de prison ferme pour avoir attaqué la sous-préfecture de Corte avec une voiture-bélier, a dégénéré à Bastia (Haute-Corse). A l'issue d'une manifestation pacifiste ayant rassemblé plusieurs milliers de personnes, plusieurs dizaines de manifestants cagoulés ont jeté des cocktails Molotov sur les forces de l'ordre et leurs véhicules, samedi 15 octobre. 

Sur Twitter, des témoins ont posté des vidéos de ces heurts. Sur ces images, on voit un homme lancer un cocktail Molotov sur un fourgon de police sous les cris de manifestants. "Tuez-les, grillez-les", lance l'un des témoins de la scène, alors que les flammes lèchent le véhicule. 

Des voitures incendiées 

Selon un bilan dévoilé par le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, dans un communiqué, huit voitures ont également été incendiées. Les jeunes cagoulés ont également déclenché un début d'incendie à la poste centrale de Bastia, située à 200 mètres de la préfecture. CRS et gendarmes mobiles ont riposté par des tirs de grenades lacrymogènes et de Flash-Ball. Ils ont ensuite bouclé le périmètre autour de la préfecture en déployant des camions et des cars.

Vers 18 heures, un calme relatif était revenu dans les rues de la vieille ville, quadrillées par des centaines de gendarmes. Quelques dizaines de jeunes, auprès desquels le président de l'exécutif corse, Gilles Simeoni, est allé plaider un retour au calme, étaient encore regroupés sur une place, où ils faisaient brûler une poubelle.

Aucun blessé, ni aucune interpellation n'ont été rapportés samedi soir. Cependant, "un dispositif de sécurité conséquent est maintenu tout la soirée", a indiqué le ministre, dans son communiqué.