Corse : Macron interpellé par les familles Erignac et Colonna

France 3

Emmanuel Macron a rendu hommage ce mardi 6 février au préfet Erignac, assassiné il y a vingt ans en Corse. Le président a exclu toute amnistie pour les auteurs de ce crime.

Vingt ans que Dominique Erignac n'était pas revenue en Corse, depuis ce jour où son époux, le préfet Erignac a été assassiné en pleine rue à Ajaccio en 1998. Sur les lieux du crime, rebaptisés place Claude-Erignac, elle a dévoilé ce mardi matin une plaque accompagnée de ses enfants et du chef de l'État. Devant plus de 300 personnes, elle livre un discours empreint d'émotion doublé d'un message politique.

Macron interpellé par l'épouse de Colonna

Emmanuel Macron prend ensuite la parole. Il affiche un soutien indéfectible devant le ministre de l'Intérieur de l'époque, Jean-Pierre Chevènement, très impopulaire chez les nationalistes corses. Présent aussi, Gilles Simeoni, le président nationaliste du conseil exécutif, qui a été l'un des avocats d'Yvan Colonna. Ce mardi soir, l'épouse du meurtrier du préfet Erignac a interpellé Emmanuel Macron et lui a réclamé le rapprochement de son mari dans une prison corse. Il est actuellement incarcéré à Arles (Bouches-du-Rhône), où il fait l'objet d'une surveillance particulière.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne