Corse : Jean-Guy Talamoni veut obtenir "à peu près tout, sauf les prérogatives régaliennes"

FRANCE 2

En direct de Santa Severa (Haute-Corse), le leader des indépendantistes, Jean-Guy Talamoni, répond aux questions d'Anne-Sophie Lapix. Son alliance avec les autonomistes menés par Gilles Simeoni a largement remporté le premier tour. 

Est-ce que la Corse s'éloigne de la France avec ce vote ? "C'est un vote qu'il faudra d'abord voir confirmé au deuxième tour", rectifie Jean-Guy Talamoni, président de l'assemblée de Corse. "Par ailleurs, le problème n'est pas de s'éloigner de la France, la question est d'obtenir les moyens pour gouverner les affaires publiques de ce pays dans les bonnes conditions."

"C'est quelque chose qui est tout à fait courant"

"Donc il est vrai que nous avons, dans les dix ans qui viennent, décidé de faire le nécessaire pour avoir un nouveau statut, un statut avec de forts pouvoirs en matière économique, sociale, culturelle, aménagement du territoire...", poursuit le leader des indépendantistes. "Enfin, à peu près tout sauf les prérogatives régaliennes, c'est-à-dire un statut qui correspond à ce qu'ont un très grand nombre de régions d'Europe. Même si vu de Paris, ce que nous demandons peut paraître beaucoup, ailleurs, c'est quelque chose qui est tout à fait courant". Et d'ajouter : "Nous, qui exerçons des responsabilités politiques depuis deux ans, nous nous rendons compte que sans ces leviers juridiques, nous ne pourrons pas gouverner les affaires publiques de la Corse dans de bonnes conditions."

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne