Corse : Emmanuel Macron participe à l'ultime grand débat

Le président de la République procède la dernière étape de son tour de France sur l'île de beauté. Un rendez-vous qui s'annonce tendu, explique la journaliste Marion Mercier en direct de la préfecture d'Ajaccio.

"Le quotidien régional Corse Matin jeudi 4 avril titre : Le dialogue dans l'impasse. Emmanuel Macron ne va finalement débattre qu'avec une partie des élus de l'île, puisque la moitié de ceux qui ont été invités à cette dernière étape du grand débat national a décliné l'invitation. La coalition nationaliste corse avait lancé un appel pour boycotter le rendez-vous. Ces mêmes élus ont ensuite invité Emmanuel Macron à venir s'exprimer devant eux à l’assemblée territoriale de Corse. Mais cette fois-ci, c'est le chef de l'État qui a décliné l'offre", détaille la journaliste de France 2 Marion Mercier en direct de la préfecture d'Ajaccio (Corse). 

Dialogue de sourds

"Débat a minima donc, dans une île bouclée pour des questions de sécurité. Les nationalistes ont lancé un appel pour une île morte, un appel à fermer les commerces, mais également à la grève à la demande des syndicats de transports dans les aéroports et les gares. Beaucoup ont sorti le drapeau corse dans la rue, certains commerces ont baissé le rideau, notamment pour protester contre la fermeté d'Emmanuel Macron sur les principaux sujets de revendication des nationalistes corses", poursuit la journaliste. "Le président de la République ne pourra sans doute pas éviter ces sujets lors de son débat avec les élus, mais il pourra tenter de se focaliser sur d'autres sujets qui concernent énormément les Corses, à savoir le coût de la vie et le prix des carburants", conclut Marion Mercier. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne