Conditions de travail: une tentative de suicide

Une cadre de direction, rattachée au ministère de la Justice, a tenté mardi de se suicider sur son lieu de travail

Une cadre de direction, rattachée au ministère de la Justice, a tenté mardi de se suicider sur son lieu de travailUne cadre de direction, rattachée au ministère de la Justice, a tenté mardi de se suicider sur son lieu de travail

On appris vendredi que la directrice départementale de la Protection judiciaire de la jeunesse (PJJ) s'était défenestrée du 3ème étage au siège de la direction départementale, rue Christiani à Paris (XIIIe).

Son pronostic vital n'est pas engagé.

Selon une collègue proche de l'intéressée, qui a évoqué une "femme solide, bien dans ses bottes, aimant son administration", mais aussi "complètement envahie" par un plan de restructuration qu'elle devait mettre en oeuvre.

"On venait par exemple de lui demander de redéménager un service qu'elle avait fait déménager il y a quinze jours. Elle était très isolée, sans aucun soutien de sa hiérarchie, ça allait trop vite", a raconté Michelle Henry, par ailleurs élue SNPES.

La restructuration en cours à la PJJ prévoit le "redéploiement" sur trois ans de 800 personnes parmi les quelque 9.000 éducateurs sociaux et directeurs employés. Les réaffections se font "au sein de la PJJ, dans d'autres services du ministère ou dans une collectivité territoriale avec indemnisation à la clé", a assuré Guillaume Didier, porte parole de la Chancellerie.

Selon lui, Michèle Alliot-Marie a adressé jeudi à l'intéressée une lettre de soutien et se tenait informée de l'évolution de son état de santé.