VIDEO. "Les chasseurs, c'est pas un lobby (...) sinon tout est lobby", estime Emmanuel Macron

Le président s'est emporté sur la question des lobbys lors de son interview par le média en ligne Brut vendredi. 

Interpellé sur le "lobby des chasseurs", lors de son interview par le média en ligne Brut vendredi 3 décembre, Emmanuel Macron s'est emporté sur la définition même de ce mot. "Les chasseurs, c'est pas un lobby, un lobby, c'est un groupe de pression caché", a-t-il répondu au journaliste Rémy Buisine. "Les chasseurs, ce sont des millions de nos concitoyens qui pratiquent cette activité dans la ruralité, c'est une réalité. Quand je vois le président des chasseurs, c'est pas plus un lobby", a-t-il ajouté.

Nicolas Hulot avait indiqué avoir pris la décision de démissionner, fin août 2018, à l'issue d'une réunion à l'Élysée avec des représentants des chasseurs, à laquelle un lobbyiste non invité avait participé, Thierry Coste

"J'ai beaucoup d'amitié pour Nicolas Hulot"

Interpellé à ce sujet, Emmanuel Macron estime qu'"il a démissionné pour beaucoup d'autres raisons. J'ai beaucoup d'amitié pour Nicolas Hulot, il a dit ça, je ne partage pas ce terme."

"Moi quand je parle au président des chasseurs, j'appelle pas ça un lobby, c'est le président d'une fédération", a martelé le chef de l'Etat avant d'enchaîner : "Ou alors dans ces cas-là vous appelez tout lobby, dans ce cas-là tous les syndicats sont des lobbys, des groupes de pression qui défendent des intérêts, dans ces cas-là tous les représentants patronaux sont des lobbys, dans ces cas-là toutes les forces sectorielles sont des lobbys, vos syndicats sont des lobbys, tout est lobby dans ces cas-là à partir du moment où on défend des intérêts catégoriels et qu'on fait pression sur la décision publique."

Vous êtes à nouveau en ligne