Ces maires ruraux qui refusent la fusion avec d'autres communes

FRANCE 3

Plusieurs maires de communes rurales manifestent ce 24 juin contre la loi NOTRe. France 3 se penche sur les raisons de leur colère.

Certains sont à Paris ce mercredi 24 juin, d'autres ferment symboliquement leur permanence. Les maires de communes rurales sont en colère. L'objet de leur courroux : la loi NOTRe, adoptée en février dernier par l'Assemblée nationale. Ce projet de réforme territoriale encourage la fusion entre communes faiblement peuplées.

Thierry Chatain, maire (SE) de Pontcirq (Lot), village de 160 habitants, considère cette loi comme une aberration. "La population aurait tout à y perdre puisque la mairie serait beaucoup plus loin et le pouvoir décisionnel aussi. Plus on est loin, moins on s'occupe de la population", explique-t-il à France 3.

Pas d'obligation

Les élus locaux estiment qu'une fusion n'aurait pas d'effets positifs sur les finances publiques, et pour cause : dans les petites communes, une partie des élus ne touche pas d'indemnité. A l'heure actuelle, la loi n'oblige à rien et se contente de présenter des mesures incitatives.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne