Ecole : ce qui va changer à la rentrée 2013

Des enfants roms scolarisés à Triel-sur-Seine (Yveline), le 22 février 2013.
Des enfants roms scolarisés à Triel-sur-Seine (Yveline), le 22 février 2013. (DURAND FLORENCE/SIPA)

Création de postes, lutte contre l'échec scolaire, semaine de quatre jours et demi, formation des profs… Francetv info vous dit ce que contient la circulaire Peillon, publiée jeudi.

La circulaire de rentrée 2013, qui fixe le cap de la politique éducative, a été publiée jeudi 11 avril. Les changements auront lieu essentiellement en primaire, prioritaire aux yeux de l'Education nationale. En voici les grandes lignes.

Création de postes

La rentrée scolaire 2013 sera marquée par des créations de postes, pour la première fois en six ans. En septembre, 6 770 des 60 000 postes que François Hollande a promis de créer pendant son quinquennat verront le jour dans les établissements publics. Le primaire (maternelle et élémentaire) bénéficiera de 3 000 créations de postes et le secondaire, de 3 770. Entre 2007 et 2012, la droite avait programmé 80 000 suppressions de postes, suivant le principe de non remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite.

Lutte contre l'échec scolaire

De nouveaux dispositifs vont être mis en place en primaire, comme le "plus de maîtres que de classes", qui permettra de faire intervenir par exemple deux maîtres dans une classe en même temps, ou de travailler par moments en petits groupes. Le gouvernement mise aussi sur la relance de la scolarisation des moins de 3 ans dans les zones défavorisées, et le renforcement des remplaçants. 

Des Assises de l'éducation prioritaire seront organisées à l'automne et le ministère prévoit de relancer des "internats-relais", où des élèves en difficulté pourront être envoyés temporairement avant de regagner leur établissement d'origine.

Rythmes scolaires

Près d'un élève sur quatre passera à la semaine de 4 jours et demi dès septembre, avec des journées réduites en moyenne de 45 minutes et trois heures par semaine d'activités péri-éducatives à la charge des communes. L'objectif est de faire cours aux heures où les enfants sont les plus réceptifs, pour améliorer leurs résultats. 

Formation des professeurs

Pour renforcer la formation initiale, des Ecoles supérieures du professorat et de l'éducation (Espe) vont être créées, afin que les professeurs débutants ne soient plus parachutés sans expérience dans une classe et qu'ils apprennent à transmettre des connaissances, gérer une classe, enseigner à un enfant handicapé…

Et après ?

Les programmes. L'année 2013-2014 sera une "année de transition", en attendant la rénovation du socle de connaissances, de compétences et désormais de culture, la redéfinition des cycles et la réécriture des programmes sous l'égide du futur Conseil national des programmes, après consultation des enseignants. Les nouveaux programmes devraient entrer en application en 2015.

La carte scolaire. Partisan d'une mixité sociale et scolaire, le ministre de l'Education nationale, Vincent Peillon, compte aussi revenir sur l'assouplissement de la carte scolaire. Décidé par Nicolas Sarkozy, il aboutit selon un rapport du Sénat à ghettoïser certains établissements. Les modalités de cette réforme n'ont pas encore été décidées. En attendant, pour la rentrée 2013, un des motifs souvent utilisé pour contourner la carte scolaire, à savoir les options rares, sera pris en compte en dernier parmi les critères de dérogation.

La réforme du lycée. Le ministère attend aussi que la réforme du lycée, entamée en 2010 en seconde dans les lycées généraux et technologiques, ait terminé de se mettre en place en terminale pour en tirer un bilan. 

Vous êtes à nouveau en ligne