Bruno Le Maire a demandé vendredi à l'UE de "ne pas baisser la garde en matière de sécurité sanitaire des aliments"

Le ministre français de l\'Agriculture Bruno Le Maire à Washington (3 juin 2011)
Le ministre français de l'Agriculture Bruno Le Maire à Washington (3 juin 2011) (AFP/JIM WATSON)

"La première leçon que je tire de cette crise est qu'il ne faut surtout pas baisser la garde en matière de sécurité sanitaire des aliments", a déclaré le ministre français de l'Agriculture.

"La première leçon que je tire de cette crise est qu'il ne faut surtout pas baisser la garde en matière de sécurité sanitaire des aliments", a déclaré le ministre français de l'Agriculture.

"Ne jouons pas les apprentis sorciers en allégeant les contrôles sanitaires sur l'alimentation. Ce serait de la folie. Je le dis avec beaucoup de vigueur parce que certains états, y compris en Europe, ne sont pas de cet avis : je pense qu'ils font une faute politique", a ajouté le ministre sans citer ces pays.

"Chacun sait que certains pays en Europe sont favorables à une réduction du budget de la politique agricole commune (PAC) et à la renationalisation des politiques agricoles, ce qui veut dire que chacun adopte ses propres règles, ses propres normes. C'est précisément la mauvaise direction", a encore affirmé le ministre.

Une crise grave tous les 5 ans, une crise moins grave tous les 15 mois
Il a assuré que les crises sanitaires qui survenaient autrefois au rythme d'une crise tous les 15 ans, surviennent désormais en Europe à échéance d'une tous les 5 ans pour les crises les plus graves et une tous les 15 mois pour les crises moins sérieuses.

"On a besoin d'une sécurité sanitaire totale. Elle a un coût. Si on veut assurer la traçabilité des aliments, il faut des contrôles et un financement public pour cela", a poursuivi M. Le Maire.

Lire aussi :