Bayrou : le MoDem est "un mouvement d'avant-garde"

François Bayrou lors de son discours d\'ouverture des universités de rentrée du MoDem, le 28 septembre à Guidel (Morbihan).
François Bayrou lors de son discours d'ouverture des universités de rentrée du MoDem, le 28 septembre à Guidel (Morbihan). (FRED TANNEAU / AFP)

L'ex-candidat à l'élection présidentielle a voulu mobiliser ses troupes en ouverture des universités de rentrée du parti centriste, ce week-end à Guidel (Morbihan).

POLITIQUE - François Bayrou ne baisse pas les bras. L'ex-candidat à la présidentielle s'est voulu mobilisateur, vendredi 28 septembre, en ouverture des universités de rentrée du MoDem. Il a évoqué "l'originalité unique" dans la vie politique française de son parti, qu'il a dépeint comme "un mouvement d'avant-garde""Nous avons une vision originale, pour ne pas dire unique, dans le monde politique français car notre mouvement a pour vocation, pour génétique, de faire vivre ensemble des femmes et des hommes venus d'horizons politiques différents", a-t-il expliqué. 


Pourtant, François Bayrou semble bien seul. Entre 700 et 800 personnes sont attendues ce week-end aux universités de rentrée du parti, qui se tiennent à Guidel (Morbihan), contre 2 000 l'an passé. Car le MoDem est aujourd'hui déchiré entre partisans d'une stratégie d'indépendance, ceux qui se disent dans la majorité présidentielle et ceux qui souhaitent rejoindre l'UDI de Jean-Louis Borloo dans l'opposition.

"L'union des centres est un combat"

Pour couper court à ces querelles internes, le leader centriste a tenu, devant ses troupes, un discours mobilisateur, vantant l'originalité irremplaçable, selon lui, de la démarche de son parti. "C'est un phénomène unique, essentiel dans le cadre politique française, parce que nous croyons que la bipolarisation stupide à laquelle nous sommes contraints depuis des années est nuisible au progrès du pays et à ses réformes", a-t-il expliqué en dénonçant "la guerre perpétuelle" que se livrent majorité et opposition.

Interrogé par l'AFP sur la réaction de Jean-Louis Borloo à sa main tendue, François Bayrou a expliqué que l'union des centres était "un combat". "Maintenant, on connaît la position de chacun", a-t-il ajouté assurant avoir fait preuve d'ouverture. Dimanche 23 septembre sur Europe 1, le président du MoDem avait proposé à Jean-Louis Borloo (UDI) de travailler "ensemble" à l'unité de la famille centriste. L'ex-ministre de l'Ecologie avait alors répondu qu'il était prêt à accueillir tous les membres du MoDem qui accepteraient une ligne politique claire de "coalition du centre et de la droite républicaine".

Vous êtes à nouveau en ligne