Bataille de chiffres autour de la délinquance

Selon Le Figaro, les violences contre les personnes ont augmenté de 9% en octobre 2012.
Selon Le Figaro, les violences contre les personnes ont augmenté de 9% en octobre 2012. (FRED DE NOYELLE / AFP)

Selon "Le Figaro", elle a connu une forte hausse en octobre. Le ministère de l'Intérieur affirme que ces chiffres "ne correspondent pas à la réalité".

SOCIETE – La délinquance a-t-elle connu une forte hausse en octobre ? Oui, selon des chiffres publiés mardi 13 novembre par Le Figaro. D'après le quotidien, les violences contre les personnes ont augmenté de 9% (43 900 contre 40 300 en octobre 2011), les atteintes aux biens de 8% et les infractions économiques et financières de 18%. Non, selon le ministère de l'Intérieur, qui affirment que ces chiffres "ne correspondent pas à la réalité".

La place Beauvau ne conteste pas les chiffres publiés par Le Figaro mais dénonce, dans un communiqué, une "instrumentalisation" et annonce de nouveau une réforme de l'appareil statistique "pour le rendre totalement transparent".

Valls veut "réformer l'outil statistique"

"En fixant à l'avance aux policiers et aux gendarmes des objectifs normés de baisse de la délinquance dans leur territoire d'affectation et en indexant l'évaluation personnelle des responsables, et parfois certaines de leurs primes, sur ces indicateurs, le gouvernement précédent a favorisé certaines évolutions artificielles des chiffres ne correspondant pas à la réalité", assure le ministère de l'Intérieur.

Le ministère ajoute que Manuel Valls "propose de réformer l'appareil statistique pour le rendre totalement transparent" en associant "le Parlement, l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP), les inspections générales, l'Insee et les meilleurs experts". Le 19 septembre, le ministre avait annoncé la mise en place d'un nouvel outil statistique de la mesure de la délinquance s'appuyant sur un tableau d'indicateurs rénovés, pour mettre fin à la "politique du chiffre" voulue par Nicolas Sarkozy.

Vous êtes à nouveau en ligne