Antenne-relais: Orange assigné par des riverains

184 habitants de Remiremont (Vosges) ont assigné vendredi l'opérateur téléphonique Orange

184 habitants de Remiremont (Vosges) ont assigné vendredi l'opérateur téléphonique Orange184 habitants de Remiremont (Vosges) ont assigné vendredi l'opérateur téléphonique Orange

Ils veulent qu'Orange retire une antenne-relais située à proximité d'un lycée, d'une mosquée et d'habitations, a annoncé leur avocat, Me Gérard Welzer.

Selon l'Association française des opérateurs mobiles, la France compte 49.000 antennes-relais sur 130.000 émetteurs d'ondes (télévision, radio, police...). Orange a 17.200 sites.

L'antenne de "troisième génération" (UMTS), installée en mai 2007 sur un pylône de 25 mètres, provoquerait notamment des troubles du sommeil, selon plusieurs riverains.

Depuis l'installation de l'antenne, une association "Vigilance antenne" s'est créée, regroupant 80 adhérents: personnels du lycée, parents d'élèves, fidèles de la mosquée et riverains. Leur pétition lancée en 2007 afin de retirer l'antenne a recueilli plus de 800 signatures.

"Nous avons interpellé la mairie de Remiremont et le préfet des Vosges, sans suite", regrette Stéphane Garber, président de l'association et enseignant au lycée André-Malraux. "Orange n'a souhaité qu'un rendez-vous, à huis clos, dans le bureau du maire: nous avons refusé ces conditions". "On a l'impression qu'on ne s'occupe pas des enfants: mettre une telle antenne à côté de 1.300 élèves, ça paraît un peu léger", observe l'un des demandeurs, Denis Jeanjacquot, parent d'élève. "Il y a d'abord un trouble anormal du voisinage", estime Me Gérard Welzer. "Il faut respecter le principe de précaution: il y a un équilibre entre modernisme et santé", poursuit le conseil qui estime "que la norme française est trop élevée".

Soissons: le tribunal se dit incompétent

Le tribunal de grande instance de Soissons, saisi par la mairie de Château-Thierry (Aisne), s'est déclaré vendredi incompétent pour décider du déplacement d'une antenne-relais installée près d'une école.

Le tribunal a débouté la mairie de Château-Thierry, la renvoyant vers le tribunal administratif. Au mois de juin, la municipalité, qui invoquait le "principe de précaution", avait engagé une action en référé contre l'opérateur de téléphonie Orange pour le contraindre à déplacer une antenne-relais proche d'une école.

La mairie de Château-Thierry estime avoir été "frauduleusement influencée" par la notice d'information technique d'Orange. Selon la mairie, cette notice prévoyait de poser l'antenne à 98 mètres de l'école, alors qu'elle a été installée à moins de 67 mètres et elle n'aurait pas déclaré que des ondes 3G seraient également émises depuis cette antenne.

Cette école avait été temporairement fermée par arrêté municipal début mai avant de rouvrir au bout d'une semaine sur décision de la mairie.

Orange affirme de son côté qu'il n'y a "aucune irrégularité" de sa part et que son dossier "est totalement conforme". L'opérateur s'est engagé à mettre en oeuvre une fois par an des mesures de champ électromagnétique, antenne éteinte et allumée.