Accusé d'actes de cruauté, un abattoir d'Alès ferme

FRANCE 2

Le maire a décidé de fermer l'entreprise après la publication d'une vidéo choquante. Cette décision a des conséquences dans la région.

Le maire d'Alès (Gard) a pris une décision radicale hier, mercredi 14 octobre. Il a fait provisoirement fermer l'abattoir de la ville, le temps d'une enquête. Une vidéo mise en ligne par L214, une association de défense des animaux, a largement tourné sur le web. Sur ces images tournées clandestinement au printemps dernier, on constate des actes de maltraitance et de cruauté sur les animaux d'élevage. Les scènes de mises à mort font froid dans le dos. Les règles d'hygiène ne sont pas toujours respectées.

120 emplois menacés

Le mois dernier, Olivier Lemarignier, chef de service de la sécurité sanitaire des aliments du Gard, avait constaté des dysfonctionnements. Mais "on n'a jamais observé ce type d'anomalies, qui auraient conduit directement à des procès-verbaux ou à changer d'opérateur", assure-t-il à France 2.

Quelque 120 emplois dépendent directement de cet abattoir, l'un des seuls de la région. Plusieurs éleveurs voient leur activité gelée. "On ne va pas pouvoir rester bloqué longtemps", confie une éleveuse.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne